À voir à la télévision le dimanche 7 novembre - La voix d'un ange

«N'aurait-elle que sa voix, elle vous réduirait le coeur en miettes», disait Ernest Hemingway à propos de Marlène Dietrich. La muse de Josef von Sternberg (L'Ange bleu, Morocco, Devil Is a Woman) avait bien plus que cela — et elle le savait! Avant qu'elle ne se séquestre dans son appartement parisien de 1975 jusqu'à sa mort, le 6 mai 1992, Dietrich a usé de tous ses charmes, à l'écran, sur scène, et même sur les champs de bataille.

L'actrice allemande avait du tempérament, mais un registre dramatique limité; les chefs-d'oeuvre ne sont pas très nombreux dans sa filmographie. Dans Suivre sa voix, un remarquable documentaire en première partie de cette soirée Thema consacrée à Dietrich (viendra ensuite L'Ange bleu, son film-passeport pour Hollywood), on s'intéresse moins à la star de cinéma qu'à la chanteuse, et tout particulièrement à l'artiste prête à ratisser l'Europe ravagée par les nazis pour remonter le moral des troupes américaines.

L'interprète qui fera de Lili Marleen une chanson à succès, l'Allemande détestant ouvertement Adolf Hitler et sympathisant avec des artistes juifs, va électriser les foules (même les Israéliens de Tel-Aviv, à qui elle demande la permission de chanter en allemand... ) et cultiver son mythe. Plus à l'aise devant un micro que sur un plateau de cinéma, elle traîne derrière elle l'étiquette de «box-office poison» et répétait sans cesse que jouer au cinéma n'était guère mieux que se prostituer...

Parsemé d'extraits de concerts, d'images intimes, dont certaines illustrant ses amours avec Jean Gabin, Suivre sa voix donne une image somme toute édifiante d'une femme qui n'avait pourtant rien d'angélique.

Thema: Marlène Dietrich

Artv, 21h