«Dune», de Denis Villeneuve, récolte 10 nominations

Rebecca Ferguson, Timothée Chalamet et Denis Villeneuve à la première du film «Dune», en octobre 2021 à Londres
Photo: Joel C Ryan/Invision/Associated Press Rebecca Ferguson, Timothée Chalamet et Denis Villeneuve à la première du film «Dune», en octobre 2021 à Londres

Dune récolte une myriade de nominations en vue de la prochaine cérémonie des Oscar, notamment dans la catégorie du meilleur film, mais Denis Villeneuve a été boudé par l’Académie pour l’Oscar du meilleur réalisateur. The Power of the Dog, de Jane Campion, qui a déjà triomphé à Venise et aux Golden Globes, est le film le plus cité, avec pas moins de 12 nominations.

Tourné avec un budget astronomique de près de 210 millions de dollars canadiens, Dune fait aussi partie du peloton de tête avec 10 nominations, entre autres pour le meilleur scénario adapté. Le long métrage se démarque également dans des catégories techniques, dont celles des meilleurs costumes, du meilleur montage ou encore de la meilleure musique originale.

Le West Side Story de Steven Spielberg et Belfast, de Kenneth Branagh, font aussi figure de favoris à l’approche de la 94e cérémonie des Oscar, qui aura lieu le 27 mars prochain à Hollywood. La satire politique Don’t Look Up, l’un des plus grands succès de l’année sur la plateforme Netflix, concourra également pour le prix le plus important du gala.

Le Québec à l’honneur

Bref, la soirée mêlera superproductions et cinéma d’auteur, à l’image d’une année cinématographique encore une fois marquée par la pandémie, mais qui a été sauvée à la dernière minute au box-office par des films à gros budget, comme le dernier Spider-Man ou le plus récent James Bond.

Chose certaine, le Québec sera bien représenté le 27 mars. Le directeur artistique Patrice Vermette, fidèle complice de Denis Villeneuve, se retrouve en nomination pour son travail sur Dune. À noter également que le président de la boîte Max Films, Roger Frappier, est l’un des cinq producteurs du western The Power of the Dog, qui est en bonne voie pour remporter l’Oscar du meilleur long métrage.

Joint à Los Angeles, le producteur de 76 ans était gonflé à bloc après l’annonce des nominations. Tombé il y a une dizaine d’années sous le charme du roman du même nom, écrit par Thomas Savage, Roger Frappier a acquis les droits de The Power of the Dog il y a sept ans et a cogné à toutes les portes des grands studios pour qu’ils l’adaptent au grand écran. Que le film connaisse un tel succès critique aujourd’hui lui fait chaud au cœur, mais ne l’étonne guère.

« Ce qui m’a accroché, c’est la complexité des quatre personnages principaux. C’est un western qui est campé dans le Montana des années 1920, mais en même temps, les personnages ont un lien avec la contemporanéité. C’est assez exceptionnel de tomber sur une histoire d’époque, mais qui a des ramifications modernes », avance celui à qui l’on doit plusieurs classiques du cinéma québécois.

Roger Frappier a entre autres produit les premiers films québécois de Denis Villeneuve, dont il est toujours proche. En entrevue au Devoir, il s’est dit déçu que le nom de son poulain n’ait pas été retenu pour le prix du meilleur réalisateur, alors que Dune s’illustre dans à peu près toutes les autres catégories. « Une grande injustice », clame Roger Frappier.

« Il y a encore des gens qui pensent qu’un film de science-fiction est moins compliqué à réaliser qu’un film dramatique, ce qui est complètement faux. Peut-être aussi que les membres de l’Académie ont pensé que Denis était assuré d’être nommé, alors personne n’a voté pour lui. Il ne faut jamais tenir quelque chose pour acquis aux Oscar. Mais une chose est sûre, il aurait dû être en nomination », poursuit le producteur, qui en profite au passage pour rendre hommage à la réalisatrice de The Power of the Dog, la Néo-Zélandaise Jane Campion.

Cette dernière est la première femme de l’histoire à être en nomination une deuxième fois pour l’Oscar de la meilleure réalisation, elle qui avait déjà été citée dans cette catégorie en 1993 pour La leçon de piano.

Meilleurs acteurs et meilleures actrices

 

The Power of the Dog se trouve également sur le bloc de départ dans les catégories de la meilleure interprétation féminine dans un second rôle (Kirsten Dunst) et de la meilleure interprétation masculine dans un second rôle (Jesse Plemons, Kodi Smit-McPhee).

Benedict Cumberbatch, qui joue dans ce film un cowboy ténébreux à la sexualité refoulée, pourrait quant à lui repartir avec la statuette du meilleur acteur. Javier Bardem (Being the Ricardos), Will Smith (King Richard), Denzel Washington (The Tragedy of Macbeth) et Andrew Garfield (Tick, Tick… Boom!) sont également en lice dans cette catégorie.

Pour l’Oscar de la meilleure actrice, on retrouve plusieurs grosses pointures, à savoir Jessica Chastain (The Eyes of Tammy Faye), Olivia Colman (The Lost Daughter), Penélope Cruz (Parallel Mothers), Nicole Kidman (Being the Ricardos) et Kristen Stewart, pour son interprétation de Lady Di dans Spencer. 

Même si House of Gucci a reçu un accueil plutôt tiède, les observateurs croyaient toujours, avant l’annonce de mardi, que Lady Gaga avait ses chances dans cette catégorie. L’Académie a jugé que la chanteuse devenue actrice devra encore attendre son tour.

Déception aussi pour les Québécoises Annie St-Pierre (Les grandes claques) et Marianne Farley (Frimas), pressenties pour l’Oscar du meilleur court métrage, qui ont appris mardi qu’elles ne faisaient finalement pas partie de la sélection finale.

L'art dans le sang – réalisé par les Britanniques Joanna Quinn et Les Mills, et produit par l'Office national du film (ONF) – se retrouve par ailleurs sur la liste des nommés pour l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation.

Les nominations dans les principales catégories

Meilleur film

Belfast
CODA
Don't Look Up: Déni cosmique
Drive My Car
Dune
La Méthode Williams
Licorice Pizza
Nightmare Alley
The Power of the Dog
West Side Story

Meilleur réalisateur

Kenneth Branagh, Belfast
Ryusuke Hamaguchi, Drive My Car
Paul Thomas Anderson, Licorice Pizza
Jane Campion, The Power of the Dog
Steven Spielberg, West Side Story

Meilleur acteur

Javier Bardem, Being the Ricardos
Benedict Cumberbatch, The Power of the Dog
Andrew Garfield, tick, tick...BOOM!
Will Smith, La Méthode Williams
Denzel Washington, The Tragedy of Macbeth

Meilleure actrice

Jessica Chastain, Dans les yeux de Tammy Faye
Olivia Colman, The Lost Daughter
Penelope Cruz, Madres Paralelas
Nicole Kidman, Being the Ricardos
Kristen Stewart, Spencer

Meilleur acteur dans un second rôle

Ciaran Hinds, Belfast
Troy Kotsur, CODA
Jesse Plemons, The Power of the Dog
JK Simmons, Being the Ricardos
Kodi Smit-McPhee, The Power of the Dog

Meilleure actrice dans un second rôle

Jessie Buckley, The Lost Daughter
Ariana DeBose, West Side Story
Judi Dench, Belfast
Kirsten Dunst, The Power of the Dog
Aunjanue Ellis, La Méthode Williams

Meilleur film international

Drive My Car (Japon)
Flee (Danemark)
La Main de Dieu (Italie)
L'école du bout du monde (Bhoutan)
Julie (en 12 chapitres) (Norvège)

Meilleur film d'animation

Encanto: la fantastique famille Madrigal
Flee 
Luca
Les Mitchell contre les machines
Raya et le Dernier Dragon

Meilleur documentaire

Ascension
Attica
Flee
Summer of Soul
Writing with Fire

Meilleur scénario original

Belfast
Don't Look Up: Déni cosmique
La Méthode Williams
Licorice Pizza
Julie (en 12 chapitres)

Meilleur scénario adapté

CODA
Drive My Car
Dune
The Lost Daughter
The Power of the Dog


À voir en vidéo