«Aline» reste une fiction, plaide Valérie Lemercier

Au lendemain de la critique assassine de son film Aline par des membres de la famille Dion, la réalisatrice française Valérie Lemercier est sortie de son mutisme mercredi pour défendre son œuvre. Elle ne compte pas s’excuser d’avoir voulu rendre hommage à la chanteuse et sa fratrie à travers une fiction et non un documentaire.

« Je n’ai pas eu l’impression de commettre un crime en faisant ce film. J’espère que l’on comprendra que c’est plein de mensonges qui sont des gentils mensonges. […] Je ne pense pas que ça abîme l’héroïne ni sa famille », a déclaré en entrevue au Devoir Valérie Lemercier, qui interprète aussi le rôle de la star internationale à l’écran.

Invités mardi soir à l’émission La semaine des 4 Julie, diffusée sur Noovo, Claudette et Michel Dion — marraine et parrain de Céline Dion — n’ont pas mâché leurs mots pour décrire le long métrage s’inspirant de la vie de leur sœur. Ils ont dénoncé un « humour qui ne passe pas » et des scènes qui sont allées « trop loin ».

« Ça n’a pas été pour moi un gros succès. J’ai eu de la peine », a confié Claudette Dion en entrevue avec l’animatrice Julie Snyder. « Je ne reconnais pas la langue. Je ne reconnais pas ma famille. Je ne reconnais pas nos racines », a-t-elle ajouté, estimant que la réalisatrice s’était « payée un méchant trip sur le dos de la vie de Céline ».

Pour le frère et la sœur Dion, la représentation de leur famille à l’écran est non seulement loin de la réalité, mais elle est aussi dégradante. « Ma mère n’a jamais parlé comme ça à René, et Céline n’a jamais manqué de rien. On passe pour une gang de Bougon. […] On n’a jamais connu la misère, parce que maman savait tout faire et que papa avait trois jobs », s’est offusquée Claudette Dion sur le plateau de Julie Snyder, la voix tremblante, les larmes aux yeux.

À ses côtés, Michel Dion a montré du doigt les nombreuses erreurs factuelles dans le récit. « C’est des détails que tout le monde connaît. Il y a tellement eu de biographies, de documentaires et de DVD », a-t-il lancé d’un air exaspéré.

De son côté, Valérie Lemercier insiste : son film n’est ni un documentaire ni une biographie de la chanteuse. « C’est une fiction. C’est indiqué dès le début du film à l’écran, que toutes les choses présentées, tous les personnages sont le fruit de l’imagination des auteurs. On a inventé plein de choses, oui, on ne s’en cache pas. »

Elle dit avoir bien conscience que Céline Dion n’est jamais sortie par la fenêtre avec sa robe de mariée, qu’elle n’a probablement jamais conservé des petits sachets de sucre dans son sac à main, ni même trouvé sa bague de fiançailles dans une crème glacée. « Je n’ai pas non plus montré les 15 maisons de Céline, ni cherché à représenter un Luc Plamondon ou un Jean-Jacques Goldman à l’écran. […] C’est pour ça que le personnage principal s’appelle Aline Dieu, parce que ce n’est pas exactement l’histoire de Céline Dion », poursuit-elle, étonnée qu’on lui reproche ses fantaisies assumées.

La réalisatrice assure avoir fait attention à chaque détail pour que son long métrage ne tombe pas dans la caricature ni la moquerie. À son avis, son film est « plein de délicatesse, de pudeur, et montre avant tout une belle famille qui s’aime ».

Malgré la dureté des mots de Claudette et Michel Dion, le moral de Valérie Lemercier était au beau fixe mercredi, alors qu’elle était à Gatineau pour présenter son film en soirée. « Je sais qu’il y a d’autres personnes de la famille Dion qui ont aimé le film, même s’ils ne l’ont pas dit publiquement », avance celle qui espère que Céline Dion prendra aussi le temps de le regarder.

Entrevue annulée

La veille, c’est justement pour préserver son moral que son équipe a annulé à la dernière minute son entrevue planifiée avec Julie Snyder, après avoir appris le contenu de l’entrevue avec Claudette et Michel Dion.

« C’était la première à Montréal, j’étais sur le point de retrouver toute mon équipe, tous les acteurs. […] Ce n’était pas le temps que je me retrouve avec une caméra sous le nez pour polémiquer sur mon film pourtant joyeux. [Ça] aurait gâché la soirée », s’est-elle justifiée, estimant ne pas avoir « été méchante » en annulant l’invitation.

De son côté, Julie Snyder semble avoir une tout autre lecture de la situation. « Alors que les sœurs et frères de Céline sont personnifiés dans le film, il est déplorable qu’en représailles du fait qu’ils se soient exprimés librement […], Mme Lemercier annule, à la dernière minute, sa présence. Il est regrettable qu’[elle] ne fasse pas sienne cette citation de Beaumarchais : sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur », a déclaré l’animatrice dans un courriel envoyé au Devoir.

Succès outre-Atlantique

En salle depuis le 10 novembre en France, Aline a dès le départ connu un franc succès. Le film a attiré pas moins de 900 000 spectateurs en deux semaines. Plusieurs critiques médiatiques — dans Libération, Le Figaro, Télérama et Positif — lui ont accordé quatre étoiles, LesInrocks y sont même allés d’une note parfaite de cinq étoiles. Sans surprise, les commentaires de Claudette et Michel Dion ont particulièrement attiré l’attention des médias français qui en ont fait leurs choux gras mercredi.

Au Québec, le film prend officiellement l’affiche ce jeudi. Jusqu’ici, les critiques de cinéma ont dans l’ensemble été aussi positives qu’en France. Reste à savoir si le public sera aussi emballé par cette version de leur Céline nationale.



À voir en vidéo