Firmine Richard, Omar Sy et Martine Chartrand honorés au FIFBM

Dans «Sous les étoiles de Paris», Catherine Frot interprète Christine, une sans-abri qui prend sous son aile Suli (Mahamadou Yaffa), un petit migrant qui ne parle pas un mot de français. 
Photo: Memento Films International et Diaphana Distribution Dans «Sous les étoiles de Paris», Catherine Frot interprète Christine, une sans-abri qui prend sous son aile Suli (Mahamadou Yaffa), un petit migrant qui ne parle pas un mot de français. 

Du 22 septembre au 3 octobre aura cours le 17e Festival international du film black de Montréal (FIFBM). Comme la plupart des autres festivals contraints de s’adapter à la réalité pandémique, ce cru-ci se tiendra en version hybride, avec quelques projections choisies en salle et l’essentiel du contenu en ligne. Le corollaire positif de cela est que les films en question — 134 en tout, courts et longs, en provenance d’une trentaine de pays — seront disponibles partout au Canada.

Le FIFBM honore en outre cette année l’actrice et politicienne française Firmine Richard (Romuald et Juliette, 8 femmes), l’acteur français Omar Sy (Intouchables, Lupin) ainsi que la cinéaste d’animation québécoise Martine Chartrand (Âme noire, MacPherson). Tous trois feront l’objet de longs entretiens virtuels menés par la présidente fondatrice de l’événement, Fabienne Colas.

Les festivités s’ouvriront ce mercredi au Cinéma Impérial avec le documentaire With Drawn Arms (Poings levés), de Glenn Kaino et Afshin Shahidi. On y revient sur la vie de l’athlète afro-américain Tommie Smith, qui, en 1968, leva le poing en recevant sa médaille d’or au 200 mètres aux Jeux olympiques. Associé aux Black Panthers, le geste valut au principal intéressé autant d’admiration que de haine et changea irrémédiablement le cours de son existence. Ponctué d’extraits d’archives et de passages en animation, le film repose en bonne partie sur les confidences récentes de M. Smith. Colin Kaepernick est au nombre des intervenants.

En première québécoise, on pourra également voir le plus récent film de Michel Hazanavicius, Le prince oublié, mettant en vedette Omar Sy. L’acteur y incarne un père qui, après avoir été le héros de sa fille durant l’enfance, tente de briller à nouveau aux yeux de celle-ci maintenant qu’elle est grande. Le réalisateur de The Artist renoue avec la fantaisie et retrouve l’actrice Bérénice Bejo, sa conjointe à la ville qui joue ici une voisine pleine de sollicitude.

Essai, LGBTQ+ et Frot

Dans une veine plus expérimentale et sociopolitique, le film d’essai A Love Letter to Brian, Lesley, and Michelle propose une réflexion sur une pléiade d’enjeux liés au racisme. Cela en recourant à diverses formes d’expression, tels le théâtre et la danse.

Également sur le radar : le drame psychologique My Fiona, dans lequel une jeune femme en deuil de sa meilleure amie qui s’est enlevé la vie, qui se définissait jusque-là comme hétéro, développe une relation amoureuse avec la veuve de celle-ci.

Enfin, s’il est une comédienne qu’on ne voit jamais trop, c’est Catherine Frot. Dans Sous les étoiles de Paris, la vedette d’Un air de famille, La dilettante, Marguerite et Sage femme interprète Christine, une sans-abri de longue date qui, une nuit, a la surprise de voir surgir devant son campement sous un pont un petit migrant qui ne parle pas un mot de français. Ensemble, ils tenteront de retrouver la mère de l’enfant : une odyssée qui revêt pour Christine une dimension rédemptrice.

Horaires, passeports et information à montrealblackfilm.com

À voir en vidéo