«Pig»: il veut son cochon

Nicolas Cage dans «Pig»
Photo: NEON Nicolas Cage dans «Pig»

Premier long métrage du réalisateur américain Michael Samoski, Pig marque d’abord des points pour l’originalité de son récit : incarné par Nicolas Cage, un chasseur de truffes noires vivant en ermite dans une forêt de l’Oregon se fait voler son précieux compagnon de travail, le cochon. Ainsi débute l’invraisemblable quête de l’hirsute et bourru Robin (Cage, pas le cochon !) traquant les coupables jusqu’à Portland, où cette ancienne star de la haute gastronomie régionale devra affronter ses vieux démons.

Un film curieux, mais envoûtant, qui démarre en thriller « culinaire » pour se muer en un drame psychologique. Sur papier, la prémisse du cochon volé paraissait risible, et avec l’inimitable Nicolas Cage dans le rôle-titre, on ne savait trop quoi attendre de l’œuvre. Or, justement, durant le premier tiers du film, le réalisateur s’amuse avec notre sentiment d’anticipation, nous lançant d’abord dans un thriller sauvage, lugubre et ponctué de scènes brutales dans l’insoupçonné univers souterrain de Portland-la-cool.

Barbu, échevelé et le visage tuméfié, le personnage incarné par Cage semble ainsi suivre les pas du tueur à gages John Wick qui, dans le premier film du même nom (2014), était motivé par un besoin de revanche sanglante contre les assassins de son chien. Quel Nicolas Cage, acteur rompu aux films d’action, allions-nous donc revoir à l’écran ? À notre grande surprise, on retrouve plutôt la version contenue, émouvante et réfléchie de l’acteur. Sans être à la hauteur de ses prestations dans Leaving Las Vegas (1994, lui valant l’Oscar du meilleur acteur) ou Adaptation (2002), Cage contraste agréablement avec l’acteur hystérique des superproductions National Treasure(2004) ou The Wicker Man (2006), pour ne citer que ces œuvres ayant fait de lui une usine à mèmes ces dernières années…

En vérité, Cage joue tout en retenue parce que ses répliques sont bien comptées, se limitant souvent à dire à ses interlocuteurs « I want my pig back » («je veux récupérer mon cochon»). Son personnage de Robin est celui d’un homme brisé s’étant coupé de la civilisation, n’entretenant un contact régulier qu’avec son unique client, Amir (joué par Alex Wolff), jeune entrepreneur du milieu de la restauration tentant de faire sa place dans l’ombre de son puissant père, qui contrôle les meilleures tables de Portland.

Amir, citadin à la situation confortable, aidera Robin à retrouver son cochon. Tout, sauf la bonne cuisine, les oppose, le jeune dans son complet propre et sa voiture sport, le chasseur de truffes vêtu de haillons — un contraste qui provoquera quelques situations cocasses durant tout le film, alors que Robin revient à la civilisation. Ensemble, ils forment une paire dépareillée, l’acteur Alex Wolff campant parfaitement son rôle aux côtés d’un Cage farouche.

De thriller, le film — un récit original scénarisé par Samoski et Vanessa Block — devient drame psychologique au fur et à mesure que la paire remonte la piste vers les coupables. Chaque rencontre entre Robin et une ancienne connaissance réveille d’anciennes blessures et provoque des remises en question — celle avec le chef d’un des restaurants les plus réputés de Portland est particulièrement mémorable. Le jeu de Nicolas Cage y est alors à son sommet, exprimant une colère sourde, une tristesse qui perce l’écran.

Michael Samoski use lentement de sa lentille, ses plans larges en début de film montrant la faune automnale, faite de brume, de vert, de gris et d’orange, inquiétante et presque surnaturelle de l’Oregon, avant de montrer Portland comme le dos d’une carte postale, rehaussant l’impression de thriller qui domine la première portion du film. Plus tard, les scènes dialoguées seront montrées avec une pudeur faisant écho à la personnalité effacée de Robin, dont on révélera le passé douloureux ayant mené à son exil volontaire. Malgré ses quelques scènes tellement inattendues qu’elles sont invraisemblables (surtout lors de son arrivée à Portland), Pig s’avère un film touchant et captivant, parce que tellement singulier.

 

Pig

★★★

Thriller de Michael Samoski. Avec Nicolas Cage, Alex Wolff, Adam Arkin, Nina Belforte. États-Unis, 2021, 92 minutes. En salle.

À voir en vidéo