«Dune» de Villeneuve dans une salle IMAX au TIFF

Juste après la première mondiale à la Biennale de Venise le 3 septembre, le TIFF présentera l’épopée de science-fiction Dune, coécrite et réalisée par le Québécois Denis Villeneuve.
Photo: Warner Bros. Picture Juste après la première mondiale à la Biennale de Venise le 3 septembre, le TIFF présentera l’épopée de science-fiction Dune, coécrite et réalisée par le Québécois Denis Villeneuve.

Une projection spéciale dans un cinéma IMAX pour le très attendu Dune de Denis Villeneuve et un documentaire sur Alanis Morissette sont au programme du prochain Festival international du film de Toronto (TIFF), qui, selon les organisateurs, sera plus une « expérience cinéma » que le marathon de films adaptés à la pandémie de l’année dernière.

La 46e édition, du 9 au 18 septembre, présentera plus de 100 films, en diffusion numérique et « en personne » au TIFF Bell Lightbox, au Roy Thomson Hall, au théâtre Princess of Wales et au Cinesphere Theatre de la Place de l’Ontario. Des projections en plein air auront lieu aussi sur trois sites. Alors que l’Ontario et le Canada accélèrent le déploiement des vaccins contre la COVID-19, les organisateurs du TIFF affirment que le festival est en mesure de projeter plus de films en salles et d’offrir de façon générale une programmation plus importante que l’année dernière.

Juste après la première mondiale à la Biennale de Venise le 3 septembre, le TIFF présentera l’épopée de science-fiction Dune, coécrite et réalisée par le Québécois Denis Villeneuve, dans le cadre d’un événement spécial IMAX, exclusif dans le monde, au Cinesphere Theatre de la Place de l’Ontario. Le TIFF projettera également cette nouvelle adaptation du roman de Frank Herbert (1965) dans certains cinémas de Toronto et de Montréal, avant sa sortie en salles plus tard à l’automne.

Le TIFF présentera aussi le documentaire de la cinéaste américaine Alison Klayman sur Alanis Morissette, Jagged, qui détaille l’ascension de l’auteure-compositrice-interprète d’Ottawa, « pop star » adolescente qui s’est hissée au sommet des palmarès internationaux.

Parmi les autres œuvres annoncées au TIFF, citons le nouveau film réalisé par Mélanie Laurent, Le Bal des Folles, et le nouveau film de la réalisatrice de Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma, Petite Maman, mais aussi un documentaire sur Dionne Warwick, le drame familial de Kenneth Branagh Belfast, mettant en vedette Judi Dench, et une nouvelle comédie dramatique avec Melissa McCarthy, The Starling.

La cinéaste crie/métisse Danis Goulet, née en Saskatchewan, présentera au TIFF son suspense de science-fiction autochtone Night Raiders, après la première mondiale de cette coproduction canadienne à la Berlinale en mars. Le TIFF présentera une autre coproduction canadienne: le film d’animation Charlotte, réalisé par Eric Warin et Tahir Rana, qui se déroule pendant l’occupation en France. D’autres titres seront annoncés tout au long de l’été.

Le TIFF proposera par ailleurs une rétrospective de l’œuvre de la prolifique cinéaste autochtone québécoise Alanis Obomsawin, en collaboration avec l’Office national du film du Canada.

Malgré les défis de cette année pandémique pour les cinéastes, le codirecteur et directeur artistique du TIFF, Cameron Bailey, a déclaré que le festival avait reçu une « récolte exceptionnelle » de près de 7000 films soumis, la plupart réalisés pendant la pandémie. M. Bailey se réjouit tout de même que le TIFF prenne des allures de « festival pancanadien », avec des projections à travers le pays et sur les plateformes numériques « TIFF Bell Lightbox » et « TIFF Bell Digital Talks ».

Car avec l’évolution rapide des protocoles pandémiques et la circulation du variant Delta, plus contagieux, de nombreuses logistiques du festival restent à déterminer. Les organisateurs espèrent ainsi que les artistes seront autorisés à voyager au Canada et peut-être marcher sur un tapis rouge. Ils ne pensent pas, par contre, faire appel à des bénévoles cette année.

À voir en vidéo