Le Cirque du Soleil a participé aux prouesses de la femme-chat

Toronto — Le Cirque du Soleil n'est pas étranger aux prouesses félines de Halle Berry et de ses doublures dans le rôle de Catwoman, la femme-chat qui vient d'envahir les écrans de sa grâce masquée.

Dans une des scènes du film, Catwoman s'envole littéralement pour échapper à la police et, ce faisant, elle virevolte au milieu d'une bande de trapézistes.

En voyant la scène, on se retrouve en terrain connu. En fait, ça ressemble beaucoup aux nombreuses prouesses que nous livrent depuis des années les habiles artisans du Cirque du Soleil. Et pour cause!

«Ça ressemble au cirque parce que cette scène, c'est moi», affirme avec délice Debra Brown, chorégraphe du Cirque du Soleil, excitée par la nouveauté de l'expérience. Et le fait que les critiques de cinéma n'aient pas ménagé les coups de griffes à l'endroit de Catwoman (le film) ne va pas la chagriner le moins du monde.

«Je suis impatiente de voir ma scène à l'écran. Halle était formidable. Tout était formidable!», d'affirmer Mme Brown, qui vit à Montréal mais qui possède une ferme équestre à Mount Pleasant, en Ontario.

La chorégraphe n'en est toutefois pas à ses premières armes au cinéma. Avant la très ravissante chatte voltigeante et ex-Bond Girl, elle a contribué à Van Helsing, une autre production d'Hollywood.

«C'est formidable, le cinéma, ajoute Mme Brown. Souvent, il y a plus de gens derrière les caméras que devant. Au cirque, c'est bien différent. On n'a pas à s'en tenir à un script. On doit faire appel à notre imagination. Mais au cinéma, il faut faire vite. Le temps, c'est de l'argent.»

Originaire de Brantford, en Ontario, Mme Brown a fait de la compétition en gymnastique pendant 13 ans avant de faire des études en éducation physique à l'université Western Ontario, à London. Elle a ensuite étudié les beaux-arts à l'université de Toronto et la danse à l'université York. Par la suite, elle s'est fait connaître en créant la chorégraphie de sa protégée Lori Fung, qui lui a valu une médaille d'or en compétitions en 1984.

Son implication avec le Cirque du Soleil à compter de 1987 aura été à l'origine du style exceptionnel qui plaît tant aux foules. Un mélange de danse, de gymnastique, de ballet aérien et de contorsionnistes qui, à son tour, a inspiré nombre d'artistes comme Céline Dion, Bjork et Madonna, pour n'en citer que quelques-uns, dans leurs spectacles.

Que d'honneurs pour Mme Brown, qui a récolté en plus un Emmy pour sa chorégraphie impliquant 31 danseurs à la soirée des Oscars en 2002.

Mais malgré les succès du cirque et ses plus récentes initiatives à Hollywood, Mme Brown n'a pas délaissé totalement le monde de la compétition athlétique. En 2000, elle faisait partie de l'équipe olympique canadienne de nage synchronisée et, cette année, elle agit comme consultante pour l'équipe de gymnastique en vue des Jeux d'Athènes.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.