Premières surprises

Malgré la tempête médiatique et les spéculations qui vont bon train sur l'avenir du Festival des films du monde, la direction de l'événement a préféré se faire discrète sur la teneur des recommandations, et certaines critiques virulentes, du rapport SECOR publié cette semaine.

Discrétion ne signifie pas silence complet puisque les organisateurs préfèrent attendre la fin de l'événement pour réagir, accordant leur priorité à l'organisation de l'événement qui se déroulera cette année du 26 août au 6 septembre. À défaut de commentaires des organisateurs, ceux-ci ont livré quelques pans de la programmation, qui sera dévoilée le 10 août prochain.

En attendant, les festivaliers pourront déjà commencer à établir une première sélection, des morceaux choisis parmi 225 longs métrages, 200 courts, provenant de plus d'une soixantaine de pays. Et des noms comme Philippe de Broca, Pupi Avati, Ettora Scola et Maria de Medeiros susciteront chez plusieurs une certaine curiosité.

L'actrice portugaise Maria de Medeiros, qui, avec Capitaines d'avril, réalisait son premier long métrage de fiction, signe cette fois son premier documentaire, Je t'aime, moi non plus. Elle examine les rapports entre les cinéastes et les critiques, avec d'un côté les Atom Egoyan, Wim Wenders et Pedro Almodóvar et de l'autre, Elvis Mitchell, Jean-Michel Frodon et Alexander Walker, entre autres.

Figures connues et importantes

Deux noms qui n'ont plus besoin de présentation seront à l'honneur au FFM. Les vénérables Philippe de Broca et Ettore Scola nous offriront leur toute dernière production. Broca revient avec Vipère au poing, mettant en vedette Catherine Frot et Jacques Villeret. Scola, dont le nom évoque tant de bons souvenirs (Nous nous sommes tant aimés, Drame de la jalousie, Le Bal), présentera un hommage à Rome avec Genti di Roma, décrit comme «une mosaïque d'images, de personnages, de quartiers, d'histoires».

Des figures connues et importantes seront scrutées à la loupe. Jacques Richard pose un regard sur un personnage phare du cinéma français, celui qui a éduqué les cinéastes de la Nouvelle Vague et fut connu dans le monde pour son travail acharné à la Cinémathèque française. Richard tente de retracer Le Fantôme d'Henri Langlois. De son côté, la cinéaste canadienne Debbie Melnyk, dans Citizen Black, essaie de comprendre, en compagnie de Donald Trump et Henry Kissinger, cette figure détestée et admirée qu'est Conrad Black.

Comme toujours, le cinéma chinois sera présent au FFM et on annonce la présentation d'un gros succès commercial de ce pays, Le Téléphone portable de Feng Ziaogang. Ceux qui adorent les comédies australiennes miseront sur A Man's Gotta Do de Chris Kennedy, l'histoire d'un homme qui veut désespérément plaire à sa famille.

Recherchée! de Franziska Meletzky (Allemagne), La Revanche de Noël de Pupi Avati (Italie) et Léon et Olvido de Xavier Bermudez (Espagne) figurent parmi les autres titres au programme, à voir ou à éviter, mais cela fait partie des charmes, et des dangers, des festivals...