La jalousie selon Nicolas Maury

Les acteurs Nathalie Baye, Nicolas Maury et Florence Giorgetti dans une scène du long métrage «Garçon chiffon»
Photo: Films du Losange Les acteurs Nathalie Baye, Nicolas Maury et Florence Giorgetti dans une scène du long métrage «Garçon chiffon»

Comme beaucoup de premiers longs métrages, Garçon chiffon (en salle vendredi) a quelque chose d’autobiographique. Ce sentiment de jalousie qui avait étreint Nicolas Maury en son adolescence pour le transformer en grand inquisiteur est au centre du film. Dans ce personnage maniéré, névrosé, égocentrique, agaçant, verbomoteur et obsédé incarné par lui-même, l’acteur français devenu cinéaste a mis des éléments de sa vie.

« La jalousie peut être une puissance, disait-il à Paris dans une entrevue sur Zoom. Le jaloux est un fabricant de fiction qui voit l’impensable. Soit il a raison, soit c’est de la folie, mais il présente un symptôme d’intranquillité. Sa demande d’amour ne lui permet jamais de se reposer. » Et de citer Racine à travers Phèdre, mais aussi Roland Barthes et Marcel Proust. « De grands précurseurs en jalousie, si intelligents. »

Maury, dont les parents étaient directeurs de pompes funèbres en Haute-Vienne, est surtout connu en France pour son rôle cinglant d’assistant d’agent d’acteurs dans la série Dix pour cent (Appelez mon agent au Québec), mais il vient du théâtre et a tenu des rôles remarqués au cinéma, entre autres dans Les amants réguliers de Philippe Garrel et Les beaux gosses de Riad Sattouf.

Garçon chiffon met en scène un interprète en mal de contrat à Paris, lâché par son compagnon excédé, qui vient rejoindre sa mère (Nathalie Baye) dans le Limousin avant de se retrouver lui-même. Cette comédie a reçu le label Sélection officielle 2020 pour l’édition fantôme de Cannes et se veut avant tout une fiction : « Dans ma carrière, je n’ai pas galéré comme Jérémie. »

Un soldat et ses déchirures

En amont, il y avait ce désir d’explorer de nouveaux sillons : « J’avais envie de rejoindre ce que j’ai toujours aimé : le cinéma, les acteurs. Ils sont les auteurs de leur présence et écrivent au profit des metteurs en scène. »

Nicolas Maury et Nathalie Baye s’étaient croisés sur Dix pour cent. « Je ne le connaissais pas vraiment, mais j’aimais sa proposition, dit l’actrice de Truffaut, de Godard et de Chabrol. J’ai beaucoup apprécié ce tournage dans une campagne du centre de la France. Mon personnage est une femme qui mène sa vie rondement, qui dirige un gîte, mais elle sait aimer son fils en acceptant sa différence et aller vers lui. Si toutes les mères avaient cette bienveillance… »

Le cinéaste a rencontré plusieurs acteurs pour le rôle principal de Jérémie. Faute de trouver son interprète, il a endossé lui-même le rôle, avec ce désir d’être regardé dans ses zones d’ombre qui le taraudait, mine de rien. « Il y avait un côté un peu politique à camper un personnage masculin qui n’a pas son égal dans les films. Le fait qu’il soit gai ne le définit pas. C’est un soldat qui prend conscience de plus en plus de ses déchirures. Presque comme Rimbaud. »

Dans Garçon chiffon, des bonnes sœurs se posent comme des fées, Isabelle Huppert fait une apparition fantasmatique, Laure Calamy joue une metteuse en scène en crise et les états d’âme du héros se répercutent sur ceux qui croisent sa route. Avec des côtés surréalistes, naturalistes, humoristiques, le film explore toutes sortes de registres cinématographiques, qui apparaissent à Nicolas Maury comme autant de zones du réel.

Il y avait un côté un peu politique à camper un personnage masculin qui n’a pas son égal dans les films. Le fait qu’il soit gai ne le définit pas. C’est un soldat qui prend conscience de plus en plus de ses déchirures. Presque comme Rimbaud…

 

Aujourd’hui, le cinéma lui semble en tentative de lissage du monde. « Pourtant, la vie n’est pas linéaire et j’ai voulu me concentrer sur elle. Je force le trait, bien sûr. C’est une comédie. Je mélange les genres, mais toujours avec le sentiment profond de la vérité. »

Le film Garçon chiffon sort en salle le 9 avril.

 

À voir en vidéo