À voir à la télévision le mercredi 28 juillet - Vive la différence

Il fallait du courage au cinéaste cubain Tomas Gutierrez Alea pour aborder le thème de l'homosexualité au pays de Fidel Castro. Évidemment, à côté des extravagances de Pedro Almodóvar, Fraise et chocolat (1994) offre un traitement bien timide, parlant d'amour entre hommes plutôt que de simplement le montrer...

Ceci est pourtant loin de constituer un frein au plaisir de voir se nouer une amitié profonde entre deux êtres que tout sépare, dont les convictions politiques et l'orientation sexuelle. Il a d'ailleurs suffi d'une simple discussion autour d'une crème glacée pour que Diego (Jorge Perrugoria) craque devant la candeur de David (Vladimir Cruz). Le premier ne cherche plus depuis longtemps à camoufler ses préférences pour les garçons tandis que le second, jeune étudiant enivré par les discours révolutionnaires de Castro (l'action se déroule à La Havane en 1979, avant la désintégration de l'URSS), cherche le grand amour, mais pas dans les bras de Diego.

Dans un petit appartement décoré tel un sanctuaire et où résonne la voix de Maria Callas, Diego attend fébrilement les visites d'un David fasciné devant tous les livres interdits qui traînent mais allant d'abord chez son nouvel ami en qualité d'espion du régime... Sa mission est vite reléguée au second plan, puisqu'il apprécie la tendresse de Diego, ainsi que les charmes de sa voisine Nancy (Mirta Ibarra), une ancienne prostituée qui se consacre aussi à la révolution, mais à sa manière.

Ce magnifique trio est composé de personnages contrastés mais réunis par leur bonté et leur amour de la vie malgré un régime qui, pour certains, les transforme en parias. Même si le cinéaste dresse un portrait idyllique de la situation des homosexuels cubains (en réalité, Diego serait probablement déjà sous les verrous... ), Fraise et chocolat propose une autre révolution: celle de l'acceptation des

différences.

Cinéma / Fraise et chocolat

Artv, 21h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.