Télévision - Une pêche miraculeuse et animée

C'était la première fois qu'un film d'animation était conçu pour la démesure de l'écran Imax, alors que les studios, Disney par exemple, ne faisaient bien souvent que «gonfler» leurs productions. Le Vieil Homme et la mer (1999), célèbre court métrage d'animation du cinéaste russe Alexandre Petrov, apparaîtra bien petit à ceux qui ont eu la chance de l'admirer dans toute sa splendeur grandiose.

Malgré cela, les téléspectateurs ne devraient pas rater l'occasion d'apprécier ce bijou que certains associent aux plus grands films de Frédéric Back, entre autres pour son message humaniste. Et les deux cinéastes partagent aussi l'honneur d'une statuette, celle de l'Oscar du meilleur court métrage d'animation, Back pour Crac! et L'homme qui plantait des arbres, Petrov pour cette magnifique adaptation du récit de l'écrivain américain Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la mer.

Journaliste, romancier, mais surtout homme intrépide et bon vivant (ces traits de caractère ne l'éloigneront pas du suicide en 1961... ), Hemingway affectionnait un style simple, direct, sans fioritures, héritage de ses années de journalisme, dont au Toronto Star à titre de correspondant à Paris, mais aussi désir de rejoindre les lecteurs «sans truquage ni tricheries». Ce leitmotiv fut repris par Alexandre Petrov, qui préféra la patience plutôt que les possibilités du numérique.

Avec ses doigts, des pinceaux et des huiles déposées sur des plaques de verre, Petrov a créé plus de 29 000 dessins aux couleurs chatoyantes qui se succèdent tout au long de ces trop courtes vingt minutes. Deux ans et demi d'efforts ont été requis pour évoquer la pêche miraculeuse d'un homme au soir de sa vie, déterminé à prouver qu'il est encore capable de capturer de grosses prises. Son combat avec un gigantesque espadon, celui-ci n'ayant pas du tout l'intention de se laisser prendre si facilement, sera peut-être son dernier...

Cette remarquable évocation de l'oeuvre la plus connue d'Hemingway, récompensée du prix Pulitzer en 1953, est précédée d'un autre court métrage, réalisé par Érik Canuel (passé depuis au long métrage de fiction avec La Loi du cochon et, plus récemment, Le Dernier Tunnel), sur quelques événements et lieux déterminants de la vie de l'écrivain. De ses expéditions en forêt dès son plus jeune âge à son expérience des horreurs de la guerre sur le front italien lors du premier conflit mondial en passant par sa fascination pour l'Espagne, et particulièrement pour la tauromachie, ce documentaire offre une bonne entrée en matière pour ceux qui ne connaîtraient d'Hemingway que Le Vieil Homme et la mer. Ou sa réputation de bagarreur se la coulant douce dans le Cuba d'avant Fidel Castro.

Finalement, on ne peut passer sous silence le fait que la compagnie ayant soutenu le travail d'Alexandre Petrov, les Productions Pascal Blais, a fermé ses portes en mars dernier après des années de succès en animation publicitaire et cinématographique. Avant le triomphe à la soirée des Oscars en 2000, l'entreprise montréalaise avait signé de nombreuses publicités (les jumeaux Laprise d'Hydro-Québec, l'abeille des céréales Cheerios, Monsieur Mini-Wheats et, en 2001, le père Noël de Coca-Cola) et permis à Sylvain Chomet, celui qui allait s'engager plus tard dans la longue aventure des Triplettes de Belleville, de réaliser son premier court métrage d'animation, La Vieille Dame et les pigeons (1997). La success story, après deux décennies d'activités, s'est transformée en triste fondu au noir. Même l'Oscar remis à Alexandre Petrov n'aura pas suffi à affronter les forts courants qui affectent le milieu cinématographique montréalais, en partie victime du désintérêt des studios et des réseaux de télévision américains.

Le dimanche 25 juillet

Les Beaux Dimanches: Le Vieil Homme et la mer

Radio-Canada, 20h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.