Le Québécois Denis Côté primé pour «Hygiène sociale»

«Hygiène sociale» a été tourné en quatre jours en plein confinement avec des personnages à deux mètres les uns des autres et filmés de loin.
Photo: Lou Scamble «Hygiène sociale» a été tourné en quatre jours en plein confinement avec des personnages à deux mètres les uns des autres et filmés de loin.

Hygiène sociale, le film fascinant deDenis Côté jouant avec les codes duthéâtre et de la distanciation, a valu au cinéaste québécois vendredi le prix de la meilleure réalisation dans la section d’expérimentation Encounters de la71e Berlinale. Le jury a évoqué entre autres ses références historiques et ses personnages magnifiquement verbeux. Cette œuvre au microbudget, tournée en pleine pandémie, jonglerie langagière un brin rohmerienne, allie le marivaudage à la modernité dans un ensemble à la fois poétique et insolite. Rappelons que Maxim Gaudette y tient le rôle principal du philosophe irresponsable que les femmes autour de lui veulent réformer.

Denis Côté, familier du grand festival allemand, avait déjà, en compétition officielle, remporté en 2013 l’Ours d’argent de l’innovation avec Vic + Flo ont vu un ours. Cette fois, il se montrait surpris et heureux, opérant hors du système, de voir sa dernière œuvre si particulière récompensée. « Je ne sais jamais trop si ces essais sont des gestes ou des films en fait, disait-il au Devoir. Mais j’espère qu’un prix comme ça avec un film aussi simple dans un festival aussi prestigieux pourra donner le goût aux jeunes de ne pas voir le cinéma comme un gros système lourd, qui pousse à attendre passivement son financement. Une autre façon de créer “entre amis” reste toujours possible. »

Ours d’or à la Roumanie

Dans la course compétitive, le disparate mais pur brûlot sociopolitique roumain Bad Luck Banging or Loony Porn, de Radu Jude, a remporté l’Ours d’or du meilleur film de cette édition en ligne. Laissant d’autres méritants sur le carreau. Ce cinéaste appartient à la nouvelle vague roumaine qui s’éclate à travers les genres, ici, du porno à l’animation en passant par les documents d’archives et le naturalisme. Son histoire d’enseignante dont la vidéo porno maison atterrit sur Internet en menaçant de lui faire perdre son poste, était une satire bien cuite de l’ancienne patrie de Ceaușescu, enfant pauvre du capitalisme, otage des fantômes du passé.

Le Japonais Ryusuke Hamaguchi, pour son œuvre à sketches brillamment menée Wheel of Fortune and Fantasy repartait avec le Grand Prix du jury. Ses histoires perverses ou ambiguës se voyaient servies sur des dialogues acérés par des acteurs de premier plan.

Une autre façon de créer "entre amis” reste toujours possible

 

L’Ours de la meilleure réalisation coiffe le magnifique film hongrois, sur fond de Seconde Guerre mondiale, Natural Light de Dénes Nagy, aux cadrages de perfection sur caméra de clair-obscur sublimes. C’est le documentaire allemand, portrait d’un enseignant exceptionnel, Mr Bachmann and His Class de Maria Speth qui aremporté le prix du jury. Le Sud-Coréen Hong Sang-soo pour sa chronique ludique et pudique de jeunes Coréens à Berlin, recevait pour sa part le laurier du meilleur scénario. Celui du meilleur montage fut alloué à A Cop Movie, du Mexicain Alonso Ruizpalacios, incursion vibrante et stylisée dans une brigade policière.

Le prix d’interprétation « non genré » est échu à Maren Eggert pour sa performance de femme éprise d’un robot dans I’m Your Man, de l’Allemande Maria Schrader. Alors que le laurier du meilleur interprète de soutien revenait à Lilia Kizlinger pour son rôle tragique dans le sombre film hongrois de Benedek Filegauf, Forest, I see You Everywhere.

Hélas ! Les grands films françaisAlbatros, de Xavier Beauvois, et Petitemaman, de Céline Sciamma, sont repartis de cette Berlinale bredouilles. On crie à l’injustice !

Les gagnants des Ours de la 71e Berlinale:

  • Ours d'or du meilleur film : Bad luck banging or loony porn de Radu Jude (Roumanie)
  • Grand prix du jury, Ours d'argent : Wheel of Fortune and Fantasy de Ryusuke Hamaguchi (Japon)
  • Prix du jury, Ours d'argent : Mr Bachmann and His Class de Maria Speth (Allemagne)
  • Ours d'argent du meilleur réalisateur : Dénes Nagy pour Natural Light (Hongrie)
  • Ours d'argent de la meilleure interprétation (prix non-genré) : l'Allemande Maren Eggert pour son rôle dans I'm Your Man (Allemagne)
  • Ours d'argent pour la meilleure interprétation dans un rôle secondaire (prix non-genré) : la Hongroise Lilla Kizlinger pour son rôle dans Forest - I See You Everywhere
  • Ours d'argent de la meilleure contribution artistique : Yibrán Asuad pour le montage de Una película de policías de Alonso Ruizpalacios (Mexique)
  • Ours d'argent du meilleur scénario : Introduction de Hong Sangsoo (Corée du Sud)
 

À voir en vidéo