Denis Côté de retour à la Berlinale

Une scène du film Hygiène sociale de Denis Côté
Photo: Lou Scamble Une scène du film Hygiène sociale de Denis Côté

Il est un grand habitué de la maison. Pour la sixième fois, toutes sections confondues, le Québécois Denis Côté voit un de ses films, Hygiène sociale, présenté à la Berlinale. Le dernier long métrage, produit, écrit et réalisé par le cinéaste québécois est retenu dans le volet compétitif Encounters, qui depuis 2020 accueille des œuvres d’auteur fortement personnelles.

Il s’agit d’une Berlinale un peu particulière, en ces temps de pandémie, puisque présentée en deux temps pour sa 11e édition : du 1er au 5 mars en ligne à l’intention du marché et de la presse, et en juin devant le public berlinois. Hygiène sociale, dans la lignée de ses œuvres indépendantes telles son récent Wilcox mais franche comédie, met en scène Maxim Gaudette dans le rôle d’un marginal combinard pris en étau entre une épouse trop patiente, une sœur exaspérée, une flamme inaccessible et une perceptrice d’impôt tenace. Larissa Corriveau, Evelyne Rompré, Éléonore Loiselle et Ève Duranceau jouent les partitions féminines.

Par ailleurs, le premier long métrage de la cinéaste mohawk Tracey Deer, Beans (déjà projeté au Festival de Toronto), a été sélectionné dans la section compétitive Generation Kplus. Inspiré de sa propre enfance, la crise d’Oka y est présentée à travers le regard d’une toute jeune fille.

Le Canada est également en piste dans la section Forum, avec Ste. Anne, drame familial de la cinéaste métis manitobaine Rhayne Vermette, qui met en scène Isabelle Deschambault, Jack Theis et Valerie Marion. Quant à The Good Woman of Sichouan de Sabrina Zhao, sous la même bannière, il s’agit d’une adaptation canadienne de la pièce éponyme de Bertholt Brecht.

À voir en vidéo