Marlon Brando en vieille dame pour son dernier rôle

Los Angeles — Entre le Tramway et Sur les quais, Marlon Brando amorça sa carrière en réinventant la virilité au cinéma. Mais c'est dans le rôle d'une vieille dame indigne qu'il tire sa révérence...

Marlon Brando est en effet la voix de Mrs. Sour, propriétaire d'une usine de sucreries, dans la comédie animée Big Bug Man, l'histoire d'un employé de cette fabrique qui se retrouve à la tête de superpouvoirs après avoir été piqué par des insectes. Le film doit sortir en 2006 aux États-Unis.

Selon l'auteur et coréalisateur Bob Bendetson, Brando, toujours égal à lui-même, a interprété sa partition en perruque blonde, robe, maquillage et gants blancs: «Il était magnifique. J'imagine que ça faisait partie de sa méthode [de l'Actor's Studio] ou un truc du genre, où vous vous retrouvez presque humilié d'être le personnage, pour être libre de le jouer... Mais il a abandonné la perruque en cours de route parce qu'il avait trop chaud.»

Tous ceux qui ont vu Missouri Breaks, réalisé en 1976, le savent: ce n'était pas la première fois que Marlon Brando était femme au cinéma. Dans ce western, son personnage de tueur à gages se retrouve également en dame. Inoubliable.

Et en 1996, dans L'Île du docteur Moreau, c'est un Brando outrageusement maquillé qui présente son terrible visage d'acteur de kabuki au public.

«Il aimait jouer avec les gens, mais je crois aussi qu'il pensait que ça aiderait son personnage», ajoute Bendetson. Cet ancien des Simpsons raconte avoir, dans un premier temps, proposé à Brando le rôle du patron de l'usine de sucreries, radin, grognon et engoncé dans ses 270 kilos de graisse.

Une offre que le «parrain» a refusée, car il trouvait beaucoup plus drôle, pour ce qui est devenu sa dernière transgression à l'écran, de faire la vieille bique aux blondes anglaises, seins en gants de toilette et bouche plissée de rides... Il n'aura eu besoin que d'une seule journée pour enregistrer son rôle, son personnage n'intervenant que dans trois scènes.

«Son agent m'a dit qu'il avait toujours rêvé de jouer une femme dans un film d'animation. Il paraît que c'était son rêve», ajoute Bendetson.

Pour le réaliser, l'équipe s'est déplacée chez Brando, car, «dans la dernière année de sa vie, il était vraiment fragile, sous oxygène six heures par jour, et ne voulait pas sortir de chez lui, ou ne s'en croyait pas capable. Alors, nous avons amené l'équipe et enregistré dans sa chambre, où il était assis sur son canapé», raconte Bendetson.

Et le réalisateur de refuser tout net de dire combien Brando aura gagné pour cette dernière performance, enregistrée le 10 juin. Quelques jours à peine avant la mort de l'acteur, survenue le 1er juillet, à l'âge de 80 ans.

«Il n'aimait pas être traité comme une icône. Il fallait lui parler comme à un type normal, il était très anti-Hollywood. Mais il y avait son autre facette. Il voulait qu'on lui amène un petit cadeau... Ce fut du caviar iranien, des fromages d'importation et du vin rouge. Il a adoré!»

- www.bigbugman.com.