«This is Not a Movie»: fenêtre sur guerre

Robert Fisk est correspondant de guerre depuis presque cinquante ans. Il a couvert les troubles en Irlande du Nord, la guerre du Liban, celles du Golfe, de l’Afghanistan, de la Syrie… La liste est longue.
Photo: TINAM Inc. Robert Fisk est correspondant de guerre depuis presque cinquante ans. Il a couvert les troubles en Irlande du Nord, la guerre du Liban, celles du Golfe, de l’Afghanistan, de la Syrie… La liste est longue.

Le documentaire This Is not a Movie, en dépit de son titre, démarre comme un film d’action. La frontière Iran-Irak, 1980 : sur des images granuleuses, le journaliste Robert Fisk et son caméraman pénètrent en zone de combat. Rapidement, les tirs de mitraillettes et d’obus les obligent à battre en retraite. S’ensuit une course effrénée à travers des décombres récents qu’on revisite, poussiéreux mais identiques, quelques secondes plus tard, alors que Fisk y effectue un pèlerinage en 2018 pour les besoins du documentaire que lui a consacré Yung Chang. L’effet est saisissant.

Pour mémoire, Robert Fisk est correspondant de guerre depuis presque cinquante ans. Il a couvert les troubles en Irlande du Nord, la guerre du Liban, celles du Golfe, de l’Afghanistan, de la Syrie… La liste est longue et, en elle-même, en dit long sur la nature belliqueuse de l’humain, un constat que fait d’ailleurs le principal intéressé.

Il s’agit là du quatrième long métrage du maintes fois primé Yung Chang, après entre autres Up the Yangtze et The Fruit Hunters. Empreinte de préoccupations allant de l’environnement à la justice sociale en passant par la préservation de la biodiversité, l’œuvre de Yung Chang se fait généralement engagée, mais de manière implicite, soit par la nature du sujet abordé, soit par les implications de ce qui est montré.

This Is not a Movie ne fait pas exception, en cela que la décision de suivre Robert Fisk en particulier n’est pas anodine, ce dernier étant ouvertement et farouchement opposé à la guerre. Dans le documentaire, l’éminent journaliste l’explique sans ambages.

« La marche du monde, la construction de la politique, se fait à travers la violence. Et je crois que, lorsque vous regardez l’histoire se produire, et que vous en parlez aux gens, vous finissez par en arriver à la conclusion que cette idée selon laquelle le journalisme doit être neutre, ne pas prendre parti, c’est de la foutaise. »

Ton hagiographique

À l’énonciation de convictions aussi tranchées, et en sachant que Fisk a déjà dénoncé une complaisance des médias vis-à-vis des pouvoirs politiques favorisant la multiplication des conflits armés, on se dit que l’homme doit être une figure sinon polarisante, à tout le moins controversée parmi ses pairs. Un aspect que le documentaire n’aborde que timidement. De fait, il y a quelque chose de sanctifiant dans le traitement, impression renforcée par un apport musical aussi peu subtil qu’inutile (le montage sonore des bruits in situ s’avère beaucoup plus efficace).

Pour autant, l’ensemble demeure captivant. Ramenées de-ci de-là dans le présent, des séquences d’archives issues de diverses époques sont habilement montées et génèrent une tension soutenue. Et puis, quelle que soit l’approche privilégiée, le parcours de Robert Fisk est en tout point remarquable. Il se révèle par surcroît un formidable pédagogue, comme en témoigne cette allocution devant une assemblée d’étudiants : en une démonstration succincte, il met en relief l’échec de la notion de frontière. Et de se demander à voix haute pourquoi, chaque fois que l’on veut favoriser la paix quelque part, on débarque avec des bombes et des fusils.

L’éthique de travail de Fisk, qui valorise l’expérience terrain, la rencontre et l’écoute — autant d’aspects mis en évidence par le cinéaste —, est en outre inspirante à l’heure de la prolifération des fausses nouvelles : « Quand je parle de la Syrie, j’arrive des lignes de front ; je ne me base pas sur ce que j’ai vu sur YouTube. »

Le documentaire This Is not a Movie est disponible en VSD à cinemamoderne.com et à cinemaduparc.ca

 

This Is not a Movie

★★★ 1/2

Documentaire de Yung Chang. Canada-Allemagne, 2019, 106 minutes