L’Afrique à domicile

On pourra notamment voir «Notre-Dame du Nil<i>»</i>, inspiré du roman de Scholastique Mukasonga et réalisé par le cinéaste Atiq Rahimi.
Photo: Vues d'Afrique On pourra notamment voir «Notre-Dame du Nil», inspiré du roman de Scholastique Mukasonga et réalisé par le cinéaste Atiq Rahimi.

Le Festival international de cinéma Vues d’Afrique a décidé d’offrir la totalité de sa programmation en ligne gratuitement, à travers le Canada. C’est ce que le festival a annoncé lors d’une conférence de presse virtuelle qui a eu lieu lundi matin. Les films seront en ligne pour une période de 48 heures sur la plateforme tv5unis.ca.

Le festival Vues d’Afrique, qui tient ainsi une 36e édition 100 % numérique, a pris cette décision en toute hâte, alors que ses programmes étaient sur le point d’être imprimés.

« Tout en étant en télétravail, on a eu trois semaines pour prendre des décisions rapides, pour tout transformer, pour entrer en contact avec nos partenaires, faire des ententes, négocier et réaliser », disait lundi Géraldine Le Chêne, directrice générale de Vues d’Afrique.

TV5Unis, qui était déjà commanditaire de l’événement, a donc offert sa plateforme. En vertu des ententes conclues à ce jour, la programmation de Vues d’Afrique comptera 47 films, en plus du volet destiné à la jeunesse. Les films seront diffusés entre le 17 et le 26 avril, suivant des blocs de 48 heures, qui seront annoncés en ligne.

On pourra notamment voir Notre-Dame du Nil, inspiré du roman de Scholastique Mukasonga et réalisé par le cinéaste Atiq Rahimi. Ce film a été récompensé de l’Ours de cristal dans la section Génération 14plus de la Berlinale. On y raconte l’histoire de jeunes filles rwandaises destinées à devenir l’élite du pays en 1973. Du cinéaste marocain Alaa Eddine Aljem, Le miracle du saint inconnu, qui avait été présenté à la Semaine de la critique di Festival de Cannes, raconte l’histoire d’un homme qui enterre sa fortune au milieu du désert.

Le film Duga, les charognards, du Burkina Faso, d’Abdoulaye Dao et d’Eric Lengani, raconte pour sa part l’histoire d’un homme qui se retrouve avec un cadavre sur les bras parce que personne au village ne veut s’occuper du non-croyant.

L’interactivité, malgré tout

On trouvera aussi toute une série de documentaires, témoignant entre autres des réalités d’Haïti, de Madagascar, de la République démocratique du Congo. On y raconte des histoires de migration, mais on y aborde aussi d’autres thèmes délicats, comme la question de l’homosexualité au Burkina Faso. La section Regards d’ici propose des œuvres canadiennes sur des réalités d’Afrique et des Caraïbes.

« Les artistes qui étaient normalement prévus, comme chaque année, pour faire des prestations d’arts africains et créoles, vont le faire de manière virtuelle », a dit Dédy Bilamba, conseiller au développement pour Vues d’Afrique. Quand ce sera possible, les réalisateurs pourront partager certaines discussions sur FaceTime, le festival souhaitant favoriser l’interactivité dans la mesure du possible.

Le festival Vues d’Afrique a sélectionné sa programmation parmi 1600 films qui lui avaient été présentés.

Depuis que les organisateurs ont pris la décision de tenir un festival 100 % numérique, ils ont fait des pieds et des mains pour obtenir des autorisations de diffuser en ligne, notamment auprès de cinéastes africains qui ne jouissent pas toujours de connexion Internet.

Dans sa forme classique, le festival Vues d’Afrique se tenait à Montréal et à Québec. Avec cette nouvelle édition, il pourra rejoindre des gens de partout au Canada. « La diffusion se fera dans le respect de la portée des droits », précise Géraldine Le Chêne.