Des cinémas rouvrent en Chine

Le succès chinois de 2019 «Sheep Without A Shepherd» est l'une des valeurs sûres qui reprend l'affiche.
Photo: Hengye Pictures / Cinando Le succès chinois de 2019 «Sheep Without A Shepherd» est l'une des valeurs sûres qui reprend l'affiche.

Signe que la pandémie continue d’être maîtrisée en Chine, en date de lundi, plus de 500 cinémas ont rouvert leurs portes. De 486 vendredi, le nombre est passé à 506 en début de semaine. Ce signe d’embellie survient dans un contexte où, lundi toujours, la Chine annonçait n’avoir enregistré aucun cas d’infection locale à la COVID-19 pour une cinquième journée de suite — les 39 nouveaux cas sont tous chez des voyageurs arrivés de l’étranger.

Cela étant, il convient de préciser que ces 506 cinémas ne représentent que 5 % de la quantité totale de salles de cinéma du pays. Par ailleurs, plutôt que de recommencer dès à présent le bal des sorties de nouveaux titres dont la parution a été reportée dans la foulée de la crise du coronavirus, les exploitants proposent plutôt des succès relativement récents, comme le film d’action Sheep Without a Shepherd, un gros succès chinois de 2019.

Certaines productions inédites sont cela dit attendues, comme l’animation Spycies, mais de façon générale, on semble miser sur des valeurs sûres, le temps que l’habitude de se rendre au cinéma reprenne ses droits. Car pour l’instant, très peu de gens affluent vers les salles. Les recettes enregistrées sont en effet minimes.

D’où cette décision concertée de recourir majoritairement à des films connus et appréciés — lire : éprouvés — afin de régénérer un engouement, mais aussi parce que, dans plusieurs cas, les exploitants peuvent alors conserver la totalité des recettes (par opposition à un pourcentage).

Il est, par exemple, question de ressortir la populaire saga Harry Potter aux environs de la fête nationale du 30 avril. En Chine, cette formule de ressorties a fait ses preuves, comme le prouve le box-office de 31 millions de dollars canadiens du film de Roberto Benigni La vie est belle en janvier, juste avant la crise et les célébrations du Nouvel An lunaire. À cet égard, on estime à 1,45 milliard de dollars canadiens les pertes essuyées par les cinémas chinois pour ce seul congé.

À noter que la plupart des salles rouvertes sont situées dans la province de Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, où aucun nouveau cas de COVID-19 n’a été signalé en un mois.