De grandes primeurs courtes

Martine Francke interprète une femme en fuite dans le court métrage «Je finirai en prison», du réalisateur québécois Alexandre Dostie. Le film a été présenté au festival Sundance.
Photo: Travelling Distribution Martine Francke interprète une femme en fuite dans le court métrage «Je finirai en prison», du réalisateur québécois Alexandre Dostie. Le film a été présenté au festival Sundance.

Le festival Regard n’a pas tardé à se relever. À défaut de pouvoir célébrer le court métrage à Saguenay, comme il a coutume de le faire depuis 24 ans, l’événement s’amène en ligne par l’entremise de La Fabrique culturelle, un partenaire de longue date.

On se souviendra que le décret gouvernemental interdisant les activités réunissant plus de 250 personnes est tombé jeudi dernier, alors même que la majorité des invités arrivaient d’un peu partout. Commotion. Toute la programmation n’est pas offerte en ligne, mais les pièces de choix ne manquent pas.

Parmi celles-ci, signalons Learning to Skateboard in a Warzone (If You’re a Girl), de Carol Dysinger, ou le portrait inspirant de jeunes filles afghanes trouvant un rare exutoire dans la pratique du skateboard.

Je finirai en prison, d’Alexandre Dostie, de retour de Sundance. Une femme en fuite, un accident au milieu de nulle part, une cohabitation forcée avec un jeune hurluberlu « dopé » et traumatisé.

Il faut aussi voir Goodbye Golovin, de Mathieu Grimard, dévoilé à Berlin. On y suit un jeune homme alors qu’il amorce ce qui s’avérera une quête existentielle, initiatique, entre le décès de son père, une visite à sa sœur et un désir d’exil.

Dans SDR, Alexa-Jeanne Dubé s’approprie les codes des vidéos « relaxantes » dites A.S.M.R. (autonomous sensory meridian response) pour une proposition inusitée, lauréate de quatre prix à Prends ça court ! et du prix du meilleur court métrage de fiction aux Rendez-vous Québec Cinéma.

Avec La distance entre le ciel et nous, Vasilis Kekatos explore les ambiguïtés et possibilités d’une rencontre entre un employé de station-service et un client à qui il manque quelques euros.

Percutante virée nocturne que celle proposée par Will Niava dans Zoo, ou lorsque les a priori et un vieux fond de profilage racial génèrent un malentendu possiblement fatal entre trois jeunes hommes en vadrouille et un policier en civil stressé.