Roubaix, une lumière

Après le meurtre d’une vieille dame, un commissaire de police solitaire a tôt fait de soupçonner du crime deux jeunes voisines. Basé sur un fait divers et sur un documentaire inspiré par celui-ci, ce magnifique polar marque un changement de registre pour Arnaud Desplechin (Un conte de Noël), qui demeure toutefois fidèle à sa ville fétiche de Roubaix. Si le cinéaste fait ici oeuvre de dépouillement, on retrouve son sens aigu de la composition (superbe travail de la directrice photo Irina Lubtchansky). Sombre, effroyable, mais empreint, oui, de lumière néanmoins en la personne du commissaire, le film traite en filigrane d’isolement, de marginalité (et de marginalisation), de racisme aussi. Lauréat du César du meilleur acteur, Roschdy Zem est émouvant d’intériorité et de bienveillance. Dans des rôles complexes exigeant une part d’impénétrabilité plus que de mystère, Léa Seydoux et Sara Forestier sont hallucinantes de vérité trouble.

Notre critique complète

Horaire en salles

Roubaix, une lumière

★★★★

Polar de Arnaud Desplechin. Avec Roschdy Zem, Sara Forestier, Léa Seydoux, Antoine Reinartz. France, 2019, 119 minutes.