The Lodge

Réunis dans un chalet isolé durant les Fêtes, deux enfants et leur nouvelle belle-mère découvrent un matin qu’ils sont sans électricité, nourriture et vêtements chauds, et que leurs téléphones sont hors d’usage. Entité surnaturelle ou machination sadique ? Le prétexte est certes improbable, mais Veronika Franz et Severin Fiala anticipent et manipulent les attentes avec un sens consommé de l’ambiguïté. Leur film instille horreur et frissons en privilégiant l’angoisse plutôt que les sursauts, quoiqu’il ne soit pas dénué d’images chocs. Lorsqu’on mise davantage sur la création d’une atmosphère anxiogène et le développement d’une psychologie perturbée que sur l’absolue vraisemblance, l’apport des interprètes est crucial. Or ici, les comédiens rendent l’improbable plausible. Suspense à combustion lente pour hiver cruel, The Lodge livre un dénouement non seulement à la hauteur, mais de circonstances. C’est-à-dire qui donne froid dans le dos.

Notre critique complète

Horaire en salles

The Lodge

★★★ 1/2

Drame d’horreur de Veronika Franz et Severin Fiala. Avec Riley Keough, Jaeden Martell, Lia McHugh, Richard Armitage, Alicia Silverstone. États-Unis, Angleterre, Canada, 2019, 108 minutes.