Botero

Photo: Hogan Millar Mediat

S’il y a quelque chose de « gros » dans la vie et l’oeuvre de l’artiste Fernando Botero, c’est bien son succès ! Et il peut le savourer de son vivant, depuis le début des années 1960, déjouant son destin d’enfant pauvre né en 1932 à Medellín, en Colombie. Dans ce documentaire au ton (trop) souvent élogieux et au rythme frénétique, sa carrière exceptionnelle de peintre et de sculpteur est revisitée par le principal intéressé et ses trois enfants, qui ont visiblement la main haute sur son immense corpus. De ses débuts difficiles à ses voyages dans les grandes capitales de l’art avant la consécration du MoMA de New York qui lui ouvrira toutes les portes, c’est un magnifique résumé au pas de course que cette trajectoire artistique singulière. De ses sources d’inspiration à ses revers de fortune, Botero se raconte en toute simplicité, revenant une fois de plus sur sa passion des volumes. Passion pour laquelle il n’a pas l’intention de s’excuser, surtout devant l’abondance de ses sculptures disséminées un peu partout dans le monde.

Horaire en salles 

Notre critique complète

Botero

★★★

Documentaire de Don Millar. Canada, 2019, 83 minutes.