Le traître

Photo: Métropole Films

Afin de mettre un terme au règne sanglant d’un rival, Tommaso Buscetta accepte de collaborer avec la justice. Étrange long métrage que celui-là. Comme si, en son sein, plusieurs films se disputaient la primauté de l’oeuvre : une fresque mafieuse à grand déploiement, une biographie intimiste, un drame judiciaire mâtiné d’un commentaire social… Codes et rouages d’une Cosa Nostra en pleine implosion sont exposés avec panache, et Pierfrancesco Favino est très charismatique. Au mitan survient le volet le plus captivant : un huis clos montrant la captivité de Buscetta. À l’évidence, Marco Bellocchio est fasciné par son protagoniste. Or, ce dernier n’est pas toujours fascinant. À cet égard, si la structure narrative alambiquée (ellipses, flash-back, rêve) faillit de-ci de-là, la réalisation, elle, impressionne de bout en bout. Pour le compte, ce qu’il y a de fascinant dans Le traître, c’est la mise en scène davantage que le sujet.

Horaire en salles

Notre critique complète 

Le traître (V.O. s.-t.f.)

★★★

Chronique mafieuse de Marco Bellocchio. Avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane, Fausto Russo Alesi. Italie, 2019, 135 minutes.