Le milieu de l’horizon

Photo: Gjorgji Klincarov

Tandis que la canicule fait des ravages dans leur ferme aviaire, Gus, 13 ans, découvre que sa mère Nicole a une liaison avec une autre femme. Ce, à l’insu de son père Jean. Récit initiatique sur fond de désillusions concernant des figures parentales idéalisées, ce film de Delphine Lehericey bénéficie d’une facture à la fois soignée et sobre, la réalisatrice affichant un sens de la composition très sûr sans toutefois verser dans l’esbroufe. L’atmosphère suffocante inductrice de tension est admirablement forgée, et l’ensemble du contexte rural est évoqué avec authenticité. Les conséquences de la mentalité macho de l’époque et du milieu sont explorées avec acuité : dans l’éveil de Nicole, dans le désarroi agressif de Jean, mais surtout, dans le regard réprobateur de Gus. Le film n’est pas sans défauts : deuxième acte flottant et un brin redondant, rythme cassé… Bémols atténués par l’interprétation forte, à commencer par celle de Laetitia Casta.

Horaire en salles

Notre critique complète 

Le milieu de l’horizon

★★★ 1/2

Drame de Delphine Lehericey. Avec Luc Bruchez, Laetitia Casta, Thibaut Evrard, Clémence Poésy. Suisse, Belgique, 2019, 92 minutes.