L'acrobate

Photo: Adil Boukind Le Devoir

Au milieu d’une valse mélancolique et érotique, deux inconnus que tout sépare sont unis dans une même dérive immobile au sommet d’une tour, au milieu d’un appartement sans âme. Émane une fois encore la sincérité crue, dépouillée de Rodrigue Jean, qui fouille avec un scalpel la complexité des relations humaines, et ce qu’il en coûte de baisser la garde devant les autres. Dans cette parenthèse entre ciel et terre, plus rien, ou si peu, ne semble exister pour ce carriériste sans boussole (Sébastien Ricard, dans une totale vulnérabilité) et cet artiste du cirque dont les blessures sont autant mentales que physiques (Yury Paulau, très courageux pour ce premier rôle au cinéma). Dans un style visuel qui tranche avec L’amour au temps de la guerre civile, cet explorateur des âmes écorchées creuse son sillon avec une détermination farouche, implacable.

Horaire en salles

Notre critique complète

L’acrobate

★★★ 1/2

Drame de Rodrigue Jean. Avec Sébastien Ricard, Yury Paulau, Lise Roy, Victor Fomine. Québec, 2019, 134 minutes.