«Fête de famille»: ennemis à sa table

Cette partition à plusieurs personnages recèle des moments jubilatoires, où Catherine Deneuve règne en reine et Emmanuelle Bercot offre une performance rageuse.
Les Films Opale Cette partition à plusieurs personnages recèle des moments jubilatoires, où Catherine Deneuve règne en reine et Emmanuelle Bercot offre une performance rageuse.

Ce que l’on connaît de Cédric Kahn le cinéaste (Feux rouges, Roberto Succo), mais aussi l’acteur (L’économie du couple, Marche ou crève), apparaît souvent teinté d’une certaine gravité. Voilà pourquoi le prologue de Fête de famille ressemble si peu, ou pas du tout, à un film de Cédric Kahn : léger, lumineux, campagnard, indolent.

Un anniversaire se prépare dans une évidente fébrilité, réunissant les enfants, leurs conjoints et la marmaille de cette grand-mère que tout le monde aime, Andréa (Catherine Deneuve), espérant sans doute que pour une fois règne l’harmonie. On comprend que c’est beaucoup demander à ses deux fils, le carriériste Vincent (Kahn, jouant pour la première fois dans un de ses films) et l’artiste incompris Romain (Vincent Macaigne, spécialiste des ratés sympathiques), en opposition sur à peu près tout.

Le fragile équilibre qui règne dans cette maison du sud de la France, provenant aussi de la présence enjouée d’Emma (Luana Bajrami), charmante adolescente aux ambitions théâtrales, finit vite par se rompre, l’instant d’un appel téléphonique. Claire (Emmanuelle Bercot), visiblement l’enfant prodigue, refait surface après trois ans d’absence aux États-Unis et débarque avec ses bagages, mais surtout ses casseroles. Sa seule présence, intense et erratique, devient alors un puissant révélateur de tout ce qui devait rester enfoui pendant cette journée que la matriarche aurait souhaité parsemer de choses joyeuses. Car l’arrivée impromptue de cette bombe à retardement, au milieu d’un orage annonciateur des remous psychologiques à venir, finira par écorcher tout le monde, à commencer par elle-même.

Cédric Kahn s’aventure sur un territoire plutôt inusité pour lui, par contre revisité à maintes reprises dans l’imaginaire français. Ce cinéma de la fratrie dysfonctionnelle a fait l’objet de comédies (Un air de famille, de Cédric Klapisch), voire de comédies très grinçantes (Un conte de Noël, d’Arnaud Desplechin, avec… Catherine Deneuve). L’état physique des lieux constitue souvent dans ces films un élément métaphorique important, illustrant moins la décrépitude des châteaux mal entretenus que celle de ses locataires. Il s’agit d’ailleurs d’une des nombreuses grenades lancées bien haut par Claire, au moment le plus inapproprié (que seraient les grandes tablées sans les grandes chicanes ?), réclamant sa part financière de la maison comme d’autres une bouée de sauvetage.

Cette partition à plusieurs personnages, où chacun cherche autant à attirer l’attention des autres que celle des spectateurs, recèle des moments jubilatoires, excessifs, où la pièce de théâtre présentée par les enfants rivalise rarement en maladresses avec le grand vaudeville que nous servent ici les adultes. Petite radiographie d’une France morcelée, à couteaux tirés, pour ne pas dire criblée de dettes (l’argent apparaît comme un enjeu quasi obsessionnel), Fête de famille épingle aussi les clivages sociaux, comme lors de cette petite promenade de voiture au milieu des HLM des environs. Le contraste avec la demeure de ce clan au bord de la ruine et de la crise de nerfs n’en est que plus grand, soulignant aussi leur marginalité bienheureuse.

Au milieu de ce brouhaha psychologique, Catherine Deneuve règne bien sûr en reine, capable aussi de se mettre en retrait pour laisser aux autres leur part du gâteau dans ce qui relève peu à peu du jeu de massacre. La star s’éclipse surtout devant la performance rageuse et excessive d’Emmanuelle Bercot, qui, à une autre époque, aurait fait le bonheur d’un cinéaste de la trempe d’Andrzej Zulawski. Quant à Cédric Kahn, il tient les rênes de manière beaucoup plus ordonnée, signant un film élégant, parfois corrosif, jamais très loin des figures imposées du genre.

 

Fête de famille

★★★ 1/2

Comédie dramatique de Cédric Kahn. Avec Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot, Vincent Macaigne, Cédric Kahn. France, 2019, 101 minutes.