Dolittle

Après le tragique décès de sa femme, l’excentrique Dr John Dolittle et sa célèbre ménagerie sont contraints de renouer avec l’humanité lorsqu’ils sont appelés à mettre le cap sur une île mythique, où se trouve le seul remède en mesure de sauver de la mort la reine Victoria. C’est au héros le plus lucratif d’Hollywood, Robert — Iron Man — Downey Jr., que revient l’honneur de revêtir les traits du singulier personnage : un choix si dispendieux qu’il explique possiblement le manque d’envergure de ce long métrage, dont le budget de production est pourtant estimé à plus de 175 millions. Pour inclure les innombrables péripéties des héros en à peine plus de 90 minutes, le film a été trituré jusqu’à l’incohérence. Aucune attention n’est accordée aux personnages ou à leurs relations. Les quelques blagues qui ont survécu au massacre ne sont guère exploitées au-delà de la sempiternelle flatulence. Le manque de cohésion s’étend jusqu’aux scènes d’action, dont le style bâclé et inégal est fort difficile à suivre. Médiocre.

Notre critique complète

Horaire en salles


 

Dolittle

Film d’aventures de Stephen Gaghan. Avec Robert Downey Jr., Antonio Banderas et Michael Sheen. États-Unis, 2020, 101 minutes.