Des Oscar sur fond de controverses habituelles

«Joker», de Todd Phillips, est le film cité le plus souvent avec onze nominations au total.
Photo: Warner Bros. «Joker», de Todd Phillips, est le film cité le plus souvent avec onze nominations au total.

Pas vraiment de surprises lundi du côté des Oscar, tant pour les nominations annoncées que pour les controverses soulevées. L’Académie des arts et des sciences du cinéma, qui décerne les convoitées statuettes, a ainsi dévoilé comme meilleur film des titres attendus comme Joker, de Todd Phillips, cité le plus souvent avec onze nominations, The Irishman, de Martin Scorsese, et Once Upon a Time in... Hollywood, de Quentin Tarantino, qui suivent de près avec dix chacun. S’ajoutent Marriage Story, de Noah Baumbach, 1917, de Sam Mendes, Parasite, de Bong Joon-ho, ces deux derniers étant de récents lauréats aux Golden Globes, ainsi que le controversé Jojo Rabbit, de Taika Waititi, le candidat champ gauche Ford V Ferrari, de James Mangold, et enfin Little Women, de Greta Gerwig, que plusieurs espéraient voir là.
 

Photo: Netflix Scène de «The Irishman»

Du lot, Martin Scorsese, Quentin Tarantino, Todd Phillips, Sam Mendes et Bong Joon-ho concourront pour l’Oscar de la réalisation. Que des hommes. Or, comme pour les Golden Globes justement ainsi que pour les BAFTA, équivalent anglais des Oscar venant d’annoncer leurs propres nominations, l’exclusion des réalisatrices de cette catégorie fait d’ores et déjà jaser. À nouveau. Et pour cause : à une poignée d’exceptions près, il s’agit année après année d’une chasse gardée masculine.

En effet, on se souviendra que, dans la longue histoire des Oscar, seules cinq femmes ont été en lice à la réalisation. Il s’agit de Lina Wertmüller pour Sept beautés (1976), de Jane Campion pour The Piano (1990), de Sofia Coppola pour Lost in Translation (2003), de Kathryn Bigelow pour The Hurt Locker (2009), l’unique réalisatrice primée pour l’heure, et de Greta Gerwig pour son précédent Lady Bird (2017).

À cet égard, la connotation sarcastique du « Félicitations à ces hommes », lancé par la coprésentatrice Issa Rae, n’a échappé à personne.

En guise de rappel, l’année 2019 a vu, hormis celle du Little Women de Gerwig, la sortie du plébiscité The Farewell, de Lulu Wang. Sa vedette, Awkwafina, qui a remporté un Golden Globe, a été ignorée par l’Académie. Sans parler de Harriet, de Kasi Lemmons, sur l’héroïne abolitionniste Harriet Tubman : son interprète Cynthia Erivo a, elle, été retenue dans la catégorie de meilleure interprétation féminine.

Doublé de Johansson

D’ailleurs, ladite catégorie voit double avec la présence de Scarlett Johansson en tant que meilleure actrice (Marriage Story) et meilleure actrice de soutien (Jojo Rabbit). Dans le premier cas, elle est nommée comme on l’évoquait aux côtés de Cynthia Erivo, de ceux de Charlize Theron (Bombshell), Saoirse Ronan (Little Women), et la favorite pour l’instant Renée Zellweger (Judy), lauréate elle aussi d’un Golden Globe.

 
Photo: Sony Pictures Scène de «Once Upon a Time in... Hollywood»

Chez les hommes, les honneurs d’interprétation pour un rôle principal iront soit à Joaquin Phoenix pour Joker, Adam Driver pour Marriage Story, Leonardo DiCaprio pour Once Upon a Time in... Hollywood, Jonathan Pryce pour The Two Popes, ou à Antonio Banderas pour Douleur et gloire. Ce splendide film autobiographique de Pedro Almodóvar figure également dans la catégorie du meilleur film international avec Corpus Christi, de Jan Komasa (Pologne), Honeyland, de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov (Macédoine), Les misérables, de Ladj Ly (France), et Parasite, de Bong Joon-ho (Corée du Sud), grand favori qu’on retrouve dans les catégories du scénario original, du montage et de la direction artistique, portant à six le nombre de ses nominations, fait rarissime pour une oeuvre non anglo-saxonne.

Critiques récurrentes

Dès le dévoilement effectué, outre l’invisibilité des femmes au rayon de l’excellence à la mise en scène, le fait que Cynthia Erivo constitue la seule personne noire nommée dans une des catégories jugées majeures a suscité un tollé tenant, là encore hélas, de l’air connu.

Anticipant manifestement les critiques, l’Académie a tenté de calmer le jeu par avance en insistant dans l’un de ses communiqués sur le « nombre record de 62 femmes nommées », soit « près d’un tiers des nommés de cette année » toutes catégories confondues. « Mouais… », comme dirait l’autre.

La Montréalaise Meryam Joobeur est en l’occurrence du lot avec son court métrage Brotherhood, qui poursuit là un parcours fabuleux.

Enfin, on signalera que, pour une deuxième année de suite, les Oscar n’auront pas d’animatrice ou d’animateur à proprement parler, mais plutôt une succession de présentatrices et de présentateurs. Cela, après avoir essuyé quelques controverses de ce côté également. La cérémonie se tiendra le 9 février.

Les surprises

On espérait voir le brio d’Eddie Murphy dans Dolemite is My Name reconnu dans la catégorie du premier rôle masculin, en vain. Dans celle du premier rôle féminin, Awkwafina, merveilleuse dans The Farewell, est une absente notable (à l’instar de sa scénariste et réalisatrice, Lulu Wang). Idem pour Jennifer Lopez, qui effectuait un retour épatant dans Hustlers et à qui plusieurs prédisaient une nomination comme meilleure actrice dans un second rôle. Inversement, le nombre élevé de nominations qu’ont reçues tant The Two Popes que Ford V Ferrari a fait sourciller à peu près tout le monde. Même phénomène pour Parasite, à la différence que la surprise est, dans ce cas précis, des plus agréables.

Les nominations à surveiller

Long métrage

Ford V Ferrari, de James Mangold

The Irishman, de Martin Scorsese

Jojo Rabbit, de Taika Waititi

Joker, de Todd Phillips

Little Women, de Great Gerwig

Marriage Story, de Noah Baumbach

1917, Sam Mendes

Once Upon a Time… in Hollywood, de Quentin Tarantino

Parasite, de Bong Joon-ho

Réalisation

Martin Scorsese, The Irishman

Todd Philips, Joker

Sam Mendes, 1917

Quentin Tarantino, Once Upon a Time… in Hollywood

Bong Joon-ho, Parasite

Actrice premier rôle

Cynthia Erivo, Harriet

Scarlett Johansson, Marriage Story

Saoirse Ronan, Little Women

Charlize Theron, Bombshell

Renée Zellweger, Judy

Actrice rôle de soutien

Kathy Bates, Richard Jewell

Laura Dern, Marriage Story

Scarlett Johansson, Jojo Rabbit

Florence Pugh, Little Women

Margot Robbie, Bombshell

Acteur premier rôle

Antonio Banderas, Douleur et gloire

Leonardo DiCaprio, Once Upon a Time… in Hollywood

Adam Driver, Marriage Story

Joaquin Phoenix, Joker

Jonathan Pryce, The Two Popes

 

Acteur rôle de soutien

Tom Hanks, Bonjour voisin

Anthony Hopkins, The Two Popes

Al Pacino, The Irishman

Joe Pesci, The Irishman

Brad Pitt, Once Upon a Time… in Hollywood

Scénario original

Rian Johnson, Knives Out

Noah Baumbach, Marriage Story

Sam Mendes et Krysty Wilson-Cairns, 1917

Quentin Tarantino, Once Upon a Time… in Hollywood

Bong Joon-ho et Han Jin-won, Parasite

 

Scénario adapté

Steven Zaillian, The Irishman

Taika Waititi, Jojo Rabbit

Todd Phillips et Scott Silver, Joker

Greta Gerwig, Little Women

Anthony McCarten, The Two Popes

Direction photo

Rodrigo Prieto, The Irishman

Lawrence Sher, Joker

Jarin Blaschke, Lighthouse

Roger Deakins, 1917

Robert Richardson, Once Upon a Time… in Hollywood