A Vida Invisivel de Eurídice Gusmão (V.F.: La vie invisible d’Eurídice Gusmão)

Le cinéaste brésilien Karim Aïnouz n’a pas la renommée de Pedro Almodóvar, mais il possède lui aussi cet art de mettre en valeur de splendides personnages féminins. Dans cette adaptation du roman de Martha Batalha, il recrée les années 1950 au coeur des beautés de Rio. Deux soeurs, en apparence très différentes, sont unies par une passion dévorante pour la liberté : Eurídice (Carol Duarte) croit que le piano sera son passeport, et Guida (Julia Stockler) rêve du grand amour au bras d’un marin grec. L’époque, leur famille, cette société machiste, personne ne leur fera de cadeaux. Elles seront séparées sans doute pour toujours, mais unies par une affection inébranlable. Un portrait aux doux accents mélodramatiques, d’une éblouissante beauté visuelle, et défendu par deux grandes actrices capables de nous convaincre de leur complicité pleine et entière.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

A Vida Invisivel de Eurídice Gusmão (V.F.: La vie invisible d’Eurídice Gusmão)

★★★★

Chronique de Karim Aïnouz. Avec Carol Duarte, Julia Stockler, Gregorio Duvivier, Barbara Santos. Brésil-Allemagne, 2019, 139 min.