Espions incognito (V.F. de Spies in Disguise)

Le super espion Lance Sterling (Will Smith) réalise ses innombrables et spectaculaires prouesses en solo. Et ce, jusqu’à ce qu’il soit malencontreusement transformé en pigeon par le jeune scientifique Walter Beckett (Tom Holland). Les deux hommes — que tout oppose — seront bien sûr contraints de combiner leurs talents afin de sauver le monde des forces du mal. Le charme de Will Smith transperce le plumage, et son approche audacieuse et égocentrique du personnage permet à plusieurs reprises au film d’éviter de s’enliser dans l’absurdité de son gag central. Grâce au travail d’animation admirable de Nick Bruno et de Troy Quane, Espions incognito excelle dans les chorégraphies de haute voltige qui composent les scènes de poursuite et de combat et qui exploitent de mille et une façons les aptitudes et limites des pigeons. Un spectacle complètement saugrenu, mais un spectacle tout de même. 

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Espions incognito (V.F. Spies in Disguise)

★★★

Film d’animation de Nick Bruno et Troy Quane. Avec Will Smith et Tom Holland. États-Unis, 2019, 101 minutes