Luc Durand Leaving Delhi

Photo: P7V

Portrait magnifique, hommage éblouissant : c’est ce que le cinéaste Étienne Desrosiers nous avait offert sur le regretté architecte Roger D’Astous, lui dont les églises donnaient le goût de recommencer à croire en Dieu. Un autre architecte, Luc Durand, s'est prêté au jeu des souvenirs et des visites dans quelques lieux qui ont forgé sa vocation, d’abord acquise par un père bâtisseur, des études à Genève et un long séjour, déterminant, en Inde. New Delhi a préservé quelques-unes de ses réalisations, qu’il arpente avec fierté, et nous en survolons d’autres à Montréal (le Village olympique, la Place Dupuis, la Place Frontenac, le pavillon du Québec à Expo 67, etc.), témoignages imposants de son audace et de ses visées humanistes. Il s’agit ici d’un grand tableau impressionniste sur le parcours unique et sinueux d’un créateur qui était convaincu des vertus du métissage, des bienfaits du voyage, de la nécessité d’un toit qui inspire autant qu’il protège.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Luc Durand Leaving Delhi

★★★ 1/2

Documentaire d’Étienne Desrosiers. Québec, 2019, 80 min.