Le meilleur reste à venir

Photo: Pathé

Ils n’avaient pas signé un chef-d’oeuvre, mais une comédie diablement efficace dont la prémisse relevait de la haute voltige. Après Le prénom, le duo de dramaturges, scénaristes et cinéastes Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte explore cette fois l’amitié masculine et les effets pernicieux du cancer sur les relations humaines. Le tout débute par une série de quiproquos qui étirent inutilement la sauce, pour ensuite glisser peu à peu du côté du mélodrame, nettement plus convaincant, mais arrivant beaucoup trop tard. Amis improbables et tandem de stars qui l’est tout autant, Fabrice Luchini et Patrick Bruel n’égratignent jamais les clichés qui collent à leur personnalité publique : l’érudit volubile d’un côté et le tombeur cabotin de l’autre. Si vous attendiez le meilleur, sachez qu’il tarde à venir.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le meilleur reste à venir

★★ 1/2

Comédie dramatique d’Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte. Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Pascale Arbillot, Zineb Triki. France-Belgique, 2019, 118 minutes.