Trois courts canadiens dans la course aux Oscar

Trois courts métrages canadiens font partie de la courte liste des nominations aux Oscars.
Photo: Mark Ralston Agence France-Presse Trois courts métrages canadiens font partie de la courte liste des nominations aux Oscars.

La voix de Theodore Ushev est un mélange de ravissement, d’étonnement et d’épuisement enchanté. C’est que la journée de lundi a été particulièrement longue pour les cinéastes attendant le dévoilement des films restant dans la course aux Oscar. Avant-midi, rien. Midi, rien. Ce n’est qu’en soirée que les résultats se sont pointé le bout du nez.

Le cinéaste montréalais d’origine bulgare ne s’attendait pas du tout à voir sa fantastique Physique de la tristesse figurer parmi les dix candidats toujours en lice pour le titre du meilleur court métrage d’animation. Surprise, il s’y trouve. Et qui plus est, en bonne compagnie. Avec une autre (co) production de l’ONF, soit Oncle Thomas : la comptabilité des jours, de Regina Pessoa.

« Je pensais que tout serait déjà fini. Mais il faut se remettre au travail ! dit en s’esclaffant Theodore Ushev. Il faut se préparer. Parler du film. Je suis hyper heureux. La compétition était très forte. »

En effet, il s’agit une année record en ce qui a trait au nombre de courts soumis. Et aux dires de celui qui s’est rendu « en finale » avec Vaysha, l’aveugle en 2017, certaines productions y sont allées… un peu plus fort que d’autres pour se démarquer. « Depuis que je suis dans ce jeu des Oscar, c’est la première fois que je vois quelque chose comme ça, confie le cinéaste. Il y a des films qui ont mené des campagnes très agressives, avec de grandes équipes de relations publiques. Qui ont investi de très gros montants. » Mais contre les gros sous et l’agressivité, l’humanité et la sensibilité gagnent parfois.

C’est notamment le cas pour Brotherhood, réalisé par Meryam Joobeur et coproduit par Maria Gracia Turgeon. Un film tout en finesse, abordant la difficile question du retour des combattants dans leur famille. L’oeuvre concourt toujours dans la catégorie du meilleur court non animé. Quelle joie de voir cette histoire bouleversante présentée du point de vue d’un berger tunisien toucher le coeur de publics à travers le monde. Peut-être parce que son message est universel ? « Ce film aborde le manque de communication, la difficulté à laisser aller les blessures du passé », abonde Maria Gracia Turgeon. Et parlant de passé, notons que, l’an dernier, la productrice a vécu l’anticipation de la course avec Fauve de Jérémy Comte, qui s’est retrouvé dans les cinq derniers nommés, mais n'a pas remporté la statuette.

Du côté des longs métrages, soulignons que l’encensé Antigone, de Sophie Deraspe, soumission du Canada pour la catégorie du meilleur film étranger, ne s’est malheureusement pas retrouvé dans la liste. Parmi les dix films toujours en lice, on trouve, entre autres, le succès sud-coréen Parasite, de Bong Joon-ho.

Les nommés finaux aux Oscar seront dévoilés le 13 janvier. La cérémonie, quant à elle, se tiendra le 9 février, et sera diffusée en direct sur les ondes d’ABC.