L’art du mensonge (V.F. de The Good Liar)

Sous ses dehors de frêle septuagénaire, Roy est un redoutable arnaqueur. Betty, une veuve au portefeuille garni, semble être une proie facile. Mais les choses sont-elles si simples ? Bien sûr que non. Comme le réalisateur Bill Condon le laisse trop facilement deviner, c’est là le genre de thriller dont l’intrigue repose tout entière sur un retournement qu’on voit, hélas, venir à des kilomètres. Le film se regarde pourtant sans trop de déplaisir : mise en scène d’une élégance discrète, rythme qui ne faiblit pas… Et il y a Ian McKellen et Helen Mirren : en escroc sans scrupules, McKellen est splendide, tandis qu’en proie de plus en plus difficile à cerner, Mirren est sans surprise magnifique. La chimie entre ces deux interprètes d’exception est parfaite. On leur souhaite un nouveau face-à-face davantage à la hauteur de leur talent.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

L’art du mensonge (V.F. de The Good Liar)

★★ 1/2

Suspense de Bill Condon. Avec Ian McKellen, Helen Mirren, Russell Tovey, Jim Carter. États-Unis, 2019, 110 minutes.