Midway

Photo: Lionsgate

L’Académie américaine du cinéma devrait songer à un Oscar pour honorer le cinéaste le plus patriotique : Roland Emmerich gagnerait à tout coup ! D’ici là, on finira bien par lui en donner un pour l’ensemble de son oeuvre, dont la cohérence est indéniable depuis plus de 20 ans (Independance Day, White House Down, 2012). Midway, inspiré de la célèbre bataille dans l’océan Pacifique pendant la Deuxième Guerre mondiale et déjà illustrée à l’époque du film-catastrophe des années 1970, se déploie entre l’humiliation subie à Pearl Harbor jusqu’à ce premier grand triomphe de l’armée américaine contre les Japonais. Entre les deux, des pantomimes médaillés débitent des réflexions d’une profondeur comparable à celle sur les plaques d’immatriculation, un vide abyssal comblé par d’incessantes salves de mitraillettes. Quand on en vient à trouver du génie à Michael Bay (Pearl Harbor), c’est vraiment signe que l’heure est grave.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Midway

★★ 1/2

Drame historique de Roland Emmerich. Avec Ed Skrein, Patrick Wilson, Luke Evans, Dennis Quaid. États-Unis, 2019, 138 minutes.