Motherless Brooklyn

Détective privé atteint du syndrome de la Tourette, Lionel (Edward Norton) s’entête à enquêter sur la mort de son patron et mentor, assassiné pour d’obscures raisons. Film noir impliquant corruption politique et luttes pour le droit au logement, Motherless Brooklyn nous replonge dans le New York des années 1950, à coups de pièces de jazz et de virées au volant de rutilantes Oldsmobile. L’intrigue y est complexe, comme dans tout bon film à suspens où la quête de vérité(s) mène vers des (fausses) pistes et des pièges sordides. Acteur, réalisateur et scénariste, Norton livre sa vision d’un monde d’injustice contre lequel il veut se battre. Il est accompagné de vedettes du cinéma (Willis, Baldwin, Dafoe) et de gens moins connus, qui livrent tous d’honorables prestations.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Motherless Brooklyn

★★★ 1/2

Drame d’Edward Norton. Avec Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Bruce Willis, Alec Baldwin, Willem Dafoe, Cherry Jones. États-Unis, 2019, 144 minutes.