Terminator. Sombre destin (V.F. de Terminator: Dark Fate)

Au dire de James Cameron, producteur de la lucrative franchise, ce sixième volet de Terminator serait la suite directe de Terminator 2. Le jugement dernier, le meilleur de la série. Or, par endroits, on croirait un remake à saveur féministe de T2 tant son récit s’y apparente. De fait, on y retrouve une femme sans histoire (Nathalie Reyes) qui reçoit deux visiteurs du futur : un Terminator (Gabriel Luna) qui veut l’éliminer et une super-soldate (Mackenzie Davis) qui veut la protéger. Au plus grand plaisir des fans, Linda Hamilton et Arnold Schwarzenegger reprennent respectivement les rôles de Sarah Connor et de T-800. Vingt-huit ans plus tard, tous deux affichent une forme plus qu’enviable. Lui qui avait ébloui la galerie avec le spectaculaire Deadpool, Tim Miller paraît ici bien sage. Sans temps morts, bénéficiant d’effets spéciaux convaincants, sa réalisation enchaîne habilement scènes de poursuite, de fusillades et de combats musclés, sans pour autant surpasser le T2 de Cameron.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Terminator – Sombre destin (V.F. Terminator – Dark Fate)

★★★

Science-fiction de Tim Miller. Avec Mackenzie Davis, Nathalie Reyes, Linda Hamilton, Gabriel Luna et Arnold Schwarzenegger. États-Unis, 2019, 128 minutes.