Jojo Rabbit

Coiffé du Prix du public au TIFF, Jojo Rabbit, de Taika Waititi, n’en est pas moins un film burlesque de catégorie B. S’attaquant au défi de proposer une satire sur la vie d’un jeune Allemand au cerveau lavé durant le IIIe Reich sur le mode pop, il est pétri de gags faciles et appuyés sur un scénario décousu, avec la figure tutélaire de Hitler (joué par le cinéaste) en grotesque ami imaginaire de l’enfant. La performance de jeune juive cachée, jouée avec finesse par Thomasin McKenzie, ne peut racheter cette poutine ambiguë et faussement hardie, usant maladroitement de vieilles recettes comiques sur un thème qui aurait réclamé du doigté et de la maîtrise.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Jojo Rabbit

★★

Comédie historique de Taika Waititi. Avec Roman Griffin Davis et Taika Waititi. États-Unis / Allemagne. 108 min.