Parasite (V.O. s.-t.f.)

Un à un, les membres d’une famille pauvre intègrent la domesticité d’un riche foyer en dissimulant leur lien de parenté. Or, une découverte ahurissante vient un soir tout compromettre. Dans cette satire mordante, fertile en suspense, le lauréat de la Palme d’or Bong Joon-ho poursuit son exploration du thème des classes sociales. Subvertissant l’auguste formule Maîtres et valets (Upstairs, Downstairs), le cinéaste, qui décline à l’infini le motif de l’escalier dans ses compositions hyperprécises, substitue à la sentimentalité inhérente au genre une lucidité féroce. Plus que jamais, Bong Joon-ho fait montre d’une virtuosité, on osera l’hyperbole, orgasmique dans une mise en scène à l’image des protagonistes : d’une aisance trompeuse rendue possible par un sens redoutable de la préméditation. Pas avare de surprises, l’intrigue se révèle à terme aussi astucieuse que les protagonistes. Antihéros aux dents longues pour fable carnassière.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Parasite (V.O. s.-t.f.)

★★★★★

Thriller satirique de Bong Joon-ho. Avec Song Kang-ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong, Choi Woo-shik. Corée du Sud, 2019, 132 minutes.