Le phare (V.O. s.-t.f. de The Lighthouse)

Sur un îlot rocheux aussi noir que l’océan, Wake et Winslow en ont pour quatre semaines d’isolement. Mais tandis que Wake est ici un peu chez lui, Winslow est un novice en ces lieux. Avec Le phare, Robert Eggers livre un très attendu deuxième film après le magnifique La sorcière. Le film est une splendeur, visuellement parlant. Dommage que le récit ne soit pas à la hauteur de la facture. Robert Pattinson est excellent dans le rôle de Winslow, mais la partition souffre de lacunes importantes, jusqu’à rendre la tâche impossible à l’excellent Willem Dafoe en Wake. Tout du long, on sent poindre un désir chez Eggers de dépeindre une relation sadomasochiste entre les deux hommes, mais le cinéaste tergiverse sans fin et ne se décide à plonger qu’au dénouement pour un résultat, malheureusement, un peu ridicule : on dirait une parodie de Pasolini.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le phare (V.O. s.-t.f. de The Lighthouse)

★★ 1/2

Drame d’horreur de Robert Eggers. Avec Robert Pattinson, Willem Dafoe, Valeriia Karaman. États-Unis, 2019, 110 minutes.