Les fleurs oubliées

Militant, André Forcier ? On lui a tellement affublé de qualificatifs depuis le début de sa longue, sinueuse et prolifique carrière qu’il lui manquait sûrement celui-là. C’est maintenant chose faite dans cette fable écologique où un agronome devenu ermite (excellent Roy Dupuis) côtoie le frère Marie-Victorin (Yves Jacques, à la fois précieux et cabotin), vision fantomatique hautement réaliste. Ce duo improbable, figure familière chez Forcier, va transformer la vie des compagnons d’armes de ce rebelle solitaire et modifier en profondeur le paysage agricole, ainsi que ceux qui le façonnent. Malgré des dialogues en forme de slogans politiques, la magie du cinéaste de Kalamazoo et de Coteau rouge demeure intacte, transfigurée par la beauté des images, la belle insolence de ses interprètes (nombreux à lui faire une brève et amusante accolade), et une poésie de fond de ruelle dont on ne se lasse jamais.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Les fleurs oubliées

★★★ 1/2

Comédie dramatique d’André Forcier. Avec Roy Dupuis, Yves Jacques, Christine Beaulieu, Juliette Gosselin. Québec, 2019, 102 min.