The King (V.O., s.-t.f.)

Tiré des pièces Henri IV Partie 1 et Partie 2 de Shakespeare, The King voit le réalisateur australien David Michôd poursuivre son exploration des raisons et pulsions qui poussent les hommes, spécifiquement, à s’entre-tuer. Dans l’oeuvre du Barde, le cinéaste trouve la matière de ce qui se révèle son meilleur film depuis son premier, le remarquable Animal Kingdom. Le cinéaste n’a pas son pareil pour exhiber la toxicité mais aussi la beauté de la testostérone en concentré. Sur le plan dramaturgique, c’est du cousu main pour Michôd. Sa caméra alterne avec brio corps à corps étouffants qui font ressentir la terreur du combattant, et prises distantes qui rendent exponentiel, ledit sentiment. Nonobstant quelques bémols, The King demeure une solide adaptation dans laquelle Timothée Chalamet brille en héros shakespearien.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

The King (V.O. s.-t.f.)

★★★ 1/2

Drame de David Michôd. Avec Timothée Chalamet, Joel Edgerton, Sean Harris, Robert Pattinson. Australie, États-Unis, 2019, 140 minutes.