Au calendrier: des RIDM engagées et engageantes

«The Disappearance of my Mother»
Photo: Capture d'écran «The Disappearance of my Mother»

Les 22es Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) s’ouvriront le 14 novembre sur The Disappearance of my Mother, premier long métrage de Beniamino Barrese sur sa mère, l’icône de la mode Benedetta Barzini, aussi muse de Warhol et Dalí, avec en guise de mise en bouche, Nitrate, le court métrage que Yousra Benziane a créé dans le cadre de la résidence Regards sur Montréal. Le tout se terminera le 24 novembre avec un film de la Canadienne Megan Wennberg, Drag Kids, sur quatre pré-ados qui partagent une passion pour la performance en drag queen. Entre ces deux pôles, plus de 150 films en provenance de 47 pays seront projetés. De l’international, on pourra attraper Chèche Lav, de l’Américain Sam Ellison, portant sur deux jeunes Haïtiens qui ont connu l’exil, l’odyssée sensorielle Swarm Season, de Sarah Christman, de même que While We Are Here, dans lequel Clarissa Campolina et Luiz Pretti cherchent des traces d’intimité au coeur des centres urbains modernes. Du Québec, on verra notamment Wilcox, le plus récent film de Denis Côté, Le chant d’Empédocle, de Sylvain L’Espérance, et Marie-Claude Loiselle et La mer entre nous, de Marlene Edoyan.Fait à noter, cette édition marque la création d’une nouvelle compétition, Nouveaux regards, destinée aux premiers longs métrages, de même que trois nouvelles sections consacrées à l’activisme (Alanis Obomsawin, Maxime Faure), à l’histoire (Sergei Loznitsa, Cordelia Dvorák) et à la nature (Sara Dosa, Brett Story).

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.