Maléfique. Maîtresse du mal

Après le succès quelque peu inattendu de Maleficient en 2014, qui allait relancer la carrière d’Angelina Jolie, une suite était inévitable, mais celui qui a mis au monde cet univers, Robert Stromberg, surtout un grand spécialiste des effets spéciaux, a cédé sa place à un autre galérien. Joachim Roenning s’y connaît en gros bateaux (Pirates of the Caribbean : Dead Men Tell no Tales) et a dirigé tant bien que mal cette histoire de rivalité entre royaumes, et surtout entre femmes de tête (dans le coin opposé, Michelle Pfeiffer, vêtue de blanc, tout aussi machiavélique) au milieu d’un fatras de trolls et de fées papillonnantes. Cette nouvelle variation de LaBelle au bois dormant, toujours plus loin du conte original, affiche quelques considérations politico-écologiques pour mieux les noyer dans un flot d’artifices somme toute redondants.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Maléfique. Maîtresse du mal (V.F. de Maleficient : Mistress of Evil)

★★★

Drame fantastique de Joachim Roenning. Avec Angelina Jolie, Elle Fanning, Michelle Pfeiffer, Harris Dickinson. États-Unis, 2019, 118 minutes.