L’affaire des Panama Papers (V.F. The Laundromat)

Farce chorale sous forme de revue de variétés, L’affaire des Panama Papers met en scène Gary Oldman et Antonio Banderas dans les rôles des avocats Mossack et Fonseca, qui expliquent le b.a.-ba de l’évasion fiscale, des sociétés-écrans et des sociétés offshore. Ce faisant, ces deux drôles de pistolets présentent le récit de victimes de ces magouilles financières. Parmi ces récits se trouve celui d’une femme (Meryl Streep) qui découvre, peu après la mort de son mari, que la compagnie d’assurances devant l’indemniser est une arnaque. Ses recherches l’amèneront à découvrir un univers où la corruption est reine. Rappelant Le sens de la vie, de Terry Jones, et Les nouveaux sauvages, de Damien Szifron, le tout ne manque certes pas d’humour noir, mais la légèreté avec laquelle Steven Soderbergh traite ce scandale provoque l’effet pervers de banaliser la criminalité financière. Et dire qu’il s’agit d’une production Netflix, géant passé maître dans l’art de réduire ses impôts.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

L’affaire des Panama Papers (V.F. The Laundromat)

★★★

Comédie satirique de Steven Soderbergh. Avec Meryl Streep, Gary Oldman, Antonio Banderas, Sharon Stone, David Schwimmer, Robert Patrick et Jeffrey Wright. États-Unis, 2019, 96 minutes. En salle et sur Netflix dès maintenant.