L’homme gémeau (V.F. de Gemini Man)

Photo: Paramount Pictures

Parmi les grands talents d’Ang Lee figure celui d’être là où on l’attend le moins, gambadant d’un genre à l’autre avec plus ou moins de bonheur, qu’il s’agisse de la science-fiction (Hulk), du western (Brokeback Mountain) ou du drame historique (Taking Woodstock). Il effectue un autre retour vers le futur, remettant sur les rails un projet qui traîne depuis quelques décennies sur les étagères d’Hollywood, et qui aurait dû y rester. Un tireur d’élite incarné par Will Smith rêve de prendre sa retraite, mais ses supérieurs ne le voient pas ainsi. Il est donc pourchassé pour être liquidé par une version rajeunie de lui-même, un clone prétendument sans états d’âme. La prouesse technologique n’arrive jamais à masquer les faiblesses d’un scénario à (petits) numéros et le manque de tonus des scènes d’action qui feraient bâiller d’ennui James Bond et Jason Bourne.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

L’homme gémeau (V.F. de Gemini Man)

★★ 1/2

Science-fiction d’Ang Lee. Avec Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen, Benedict Wong. États-Unis, Chine, 2019, 117 minutes.