Dolemite Is my Name

Photo: Netflix

Écrite par Scott Alexander et Larry Karaszewski (Ed Wood) et réalisée par Craig Brewer (Hustle and Flow), cette comédie biographique à l’énergie contagieuse fait honneur à son sujet : le chanteur, stand-up, acteur et producteur Rudy Ray Moore, considéré comme le parrain du rap. De la création du personnage scénique Dolemite, un pimp verbomoteur s’exprimant en rimes salaces, à la sortie de la production éponyme autofinancée, un fleuron du blaxploitation, le film brosse un portrait de milieu captivant. La musique funk et soul ainsi que la direction artistique haute en couleur, hyper précises toutes deux, contribuent au charme. En sous-texte, on évoque habilement la solidarité qui anime une communauté noire habituée d’être ignorée par la culture blanche dominante. En Rudy Ray Moore, Eddie Murphy est brillant. Et il y a quelque chose d’émouvant à le voir effectuer un tel retour en interprétant un personnage qui vit également un comeback.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Dolemite Is my Name

★★★★

Comédie biographique de Craig Brewer. Avec Eddie Murphy, Da’Vine Joy Randolph, Tituss Burgess, Wesley Snipes. États-Unis, 2019, 118 minutes.