Kuessipan

Photo: Filmoption International

Myriam Verreault (À l’ouest de Pluton) a su déceler le potentiel cinématographique du premier roman de Naomi Fontaine, oeuvre sinueuse et poétique sur les splendeurs et les misères de la communauté innue. À partir de cette évocation, la cinéaste a imaginé l’histoire d’une amitié indéfectible et d’un amour quasi inconditionnel, deux choses qui ne font pas toujours bon ménage, surtout à l’adolescence. Mikuan et Shaniss, unies comme pourraient l’être deux soeurs inséparables, portent les douleurs propres aux Autochtones, tiraillements accentués par la rudesse de leur milieu et la présence d’un jeune Blanc qui a su conquérir le coeur sensible de Mikuan, l’alter ego de la romancière. Tour à tour récit d’apprentissage, portrait d’un univers méconnu et tendre évocation des contradictions sentimentales ainsi que des bienfaits des aspirations artistiques, Kuessipan, qui signifie « À toi » en innu, s’adresse à tous et touche à l’universalité des sentiments. Des plus nobles aux plus troubles.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Kuessipan

★★★★

Drame de Myriam Verreault. Avec Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire, Cédrick Ambroise, Étienne Galloy. Québec, 2019, 117minutes.