Downton Abbey

Serait-ce un cadeau de Noël à l’avance que nous livrent Julian Fellowes et Michael Engler ? Toujours est-il que, malgré sa prémisse plutôt simple, le roi et la reine s’amenant à Downton, cet élégant téléfilm saura charmer les fidèles de la luxueuse série britannique, dont l’esprit n’a aucunement été trahi. Sur fond d’histoire de succession, le scénariste évoque au passage la condition féminine, l’homosexualité, les rapports entre les classes, les traditions et l’évolution des moeurs. Au menu : de rares moments d’émotion, mais de nombreuses scènes comiques et répliques assassines de la comtesse douairière, incarnée par l’impériale Maggie Smith. En résulte un ballet sophistiqué où le réalisateur dirige de main de maître une distribution au diapason dans une mise en scène qui ne révolutionne pas le genre, mais qui tire profit des somptueux décors.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Downton Abbey  

★★★

Drame de Michael Engler. Avec Maggie Smith, Michelle Dockery, Allen Leech, Robert James-Collier, Imelda Staunton et Tuppence Middelton. Grande-Bretagne, 2019, 122 minutes.