Le milieu collégial comme terreau pour le cinéma québécois

Le film «Happy Face» d'Alexandre Franchi a remporté la plus récente édition du Prix collégial du cinéma québécois, en mars dernier.
Photo: Alexandre Franchi Le film «Happy Face» d'Alexandre Franchi a remporté la plus récente édition du Prix collégial du cinéma québécois, en mars dernier.

Le Festival de cinéma de la ville de Québec n’est pas seulement l’hôte de projections et de conférences. Voici qu’au sixième jour de l’événement ont été dévoilées les conclusions d’une importante étude portant sur l’intérêt des jeunes pour le cinéma québécois. Il en ressort que les premiers connaissent « très mal » le cinéma québécois, mais que, lorsqu’on les y expose, « l’éveil se fait, l’intérêt se développe et ils veulent en regarder », dixit le rapport de l’équipe.

La recherche, qui a débuté en septembre 2018, a été menée conjointement par le cégep Garneau et l’Institut national de la recherche scientifique auprès de 424 étudiants et 178 professeurs. Celle-ci était dirigée par la professeure Marianne Gravel, du cégep Garneau, en collaboration avec les professeurs Laurent Pelletier, du cégep Garneau également, et Christian Poirier, de l’INRS.

S’impose d’abord un intérêt « modéré » à l’égard du cinéma québécois jumelé à des connaissances « limitées » : lorsque les 424 étudiants ont été soumis à un test de connaissances par rapport au cinéma québécois, ils ont enregistré une piètre moyenne, soit 4,6 / 10. De leur côté, les 178 professeurs ont décroché une moyenne de 8,1 / 10 en répondant aux mêmes questions.

Pis, parmi les étudiants, 57 % ne sont pas parvenus à nommer cinq films québécois. Seulement 5 % d’entre eux ont déclaré avoir vu plus de six films québécois au cours de l’année écoulée, et 14 % ont admis n’en avoir vu aucun. Interrogés sur leur soif d’apprendre et d’explorer eu égard au cinéma québécois, 9 % ont répondu qu’ils le connaissent déjà bien, 48 % ont dit souhaiter le découvrir, et 43 % ont affirmé ne pas le connaître beaucoup et ne pas désirer en apprendre davantage.

Un outil pédagogique

Or, une façon de combattre ce désintérêt résiderait justement dans le milieu collégial. Car il est à cet égard d’autres chiffres révélateurs dans l’étude. Ainsi, on y précise que plus de la moitié des étudiants du cégep Garneau (une proportion de 52 %) débarquent sans détenir l’ombre d’une formation cinématographique. En parallèle, 22 % des professeurs confirment avoir déjà eu recours au cinéma québécois comme outil pédagogique.

Ceci expliquant peut-être en partie cela, en dépit du faible intérêt estudiantin pour le cinéma québécois dans la vie dite « extrascolaire », l’inclusion de celui-ci dans la vie cette fois scolaire a l’heur de susciter l’enthousiasme — l’expérience simultanée d’un ciné-club à laquelle 25 étudiants ont participé renforce ce constat.

Placé devant la possibilité du recours à un extrait ou à un film québécois entier, seulement 1 % des répondants ont réagi de manière « très négative », 3 %, « négative », 38 %, « positive », et enfin 33 % de manière « très positive », le quart restant se disant d’avis neutre.

Les chercheurs voient là une ouverture évidente plaidant en faveur « d’initiatives pédagogiques liées à l’outil-cinéma québécois ». À noter par ailleurs que les professeurs favorables à cette approche ne sont pas uniquement issus de départements tels lettres, communications, arts, ou encore sciences humaines, qu’on pourra percevoir comme des alliés naturels, mais aussi de programmes plus inattendus : on mentionne les techniques policières et d’intervention en délinquance, notamment.

« Ceux qui ont recours au cinéma québécois y voient plusieurs bénéfices, comme celui d’offrir rapidement des repères historiques aux jeunes, de susciter des débats et de faciliter le dialogue entre les professeurs et les apprenants », indique Marianne Gravel au sujet des motivations professorales.

Résultats concordants

Fait intéressant, et on sort ici du rapport, l’idée selon laquelle le milieu collégial constitue un terreau fertile pour développer le goût des jeunes pour le cinéma québécois apparaît synchrone avec ce qu’a démontré depuis 2012 le Prix collégial du cinéma québécois.

À ses débuts, le PCCQ a rallié 15 cégeps. En 2019, 53 cégeps se sont inscrits. Plus de 1000 étudiants de la province ont alors visionné les cinq films sélectionnés, avec à la clé discussions et débats.

Bref, si le taux de participation ne fait que croître, c’est qu’à la base, ouverture il y a. Ce que vient confirmer, chiffres à l’appui, l’étude de l’INRS et du cégep Garneau. De conclure Ian Gailer, directeur général du FCVQ : « Le cinéma québécois est mal perçu chez les jeunes, mais lorsqu’on le fait connaître et qu’on met en place une forme d’accompagnement pour le faire découvrir par le milieu de l’éducation ou un festival par exemple, ils s’y intéressent rapidement et entièrement. Proposer un éclectisme cinématographique, partir de ce que les jeunes connaissent et leur faire découvrir autre chose, permettre des rencontres avec des cinéastes qui peuvent les inspirer… et aimer le cinéma québécois. Voilà ce que nous poursuivons et que nous poursuivrons. »

François Lévesque est à Québec à l’invitation du FCVQ.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.