La fille du cratère

Photo: ONF

Yolande Simard Perrault relate ainsi sa rencontre avec Pierre Perrault : « Je ne lui ai pas dit qu’il était beau. Je lui ai parlé de MON pays. » Et ce pays si cher au coeur de cette femme généreuse et allumée, c’est Charlevoix, sis dans un cratère qui la fascina sa vie durant, d’où le titre de ce merveilleux documentaire revêtant une dimension testamentaire poignante, la grande dame étant décédée cet été. Entre les excursions en ces lieux ayant gardé trace de l’écrasement jadis du météore qui reconfigura le paysage, on revisite un amour puissant, de même que les passions qui animèrent Yolande Simard Perrault : l’étude de la flore, la défense de langue vernaculaire, l’archéologie… La fille du cratère ? Certainement, car cette singularité géologique, elle l’aima, elle aussi, avec constance et fougue. Mais elle fut bien davantage que cela, puisqu’en entrant en collision avec Pierre Perrault, Yolande Simard Perrault contribua à transformer de manière profonde le panorama cinématographique québécois.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

La fille du cratère

★★★★

Documentaire de Nadine Beaudet et Danic Champoux. Québec, 2019, 76 minutes.